"L’Unef n’est pas imperméable à la société et agit pour mettre fin aux violences"

Lila Le Bas, présidente de l'Unef ©LOIC VENANCE - AFP

Lila Le Bas, présidente de l'Unef, était l'invitée du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

83 anciennes syndicalistes de l'UNEF dénoncent, dans une tribune publiée dans Le Monde, les violences sexistes qu'elles ont subi au sein du syndicat étudiant. Invitée du Grand Journal de 18h sur Sud Radio, Lila Le Bas, présidente actuelle de l'Unef, ne cache pas l'existence de ces faits et assure que le syndicat agit pour y mettre fin.

"L'Unef n'est pas imperméable à la société et a commencé à agir pour mettre fin à ces violences, a expliqué Lila Le Bas. Beaucoup d'outils ont été mis en place ces dernières années pour faire évoluer l'organisation et faire que la parole des femmes puisse se libérer."

Parmi ces outils, "des réunions non-mixtes, pour faire en sorte que les femmes puissent parler" ont été mises en place, tout comme "des formations contre le sexisme, avec des vidéos qui expliquent la notion de consentement pour prévenir toutes ces agressions".

"Le sexisme est quotidien dans la société, pour toutes les femmes. Le sexisme est ambiant et l'Unef n'y est pas imperméable. En faisant ce constat, on a pris en compte la situation, la gravité des faits dénoncés et fait en sorte que ça n'arrive plus. Maintenant, on ne met plus sous silence quand les femmes parlent. On agit et on essaie de tout mettre en place pour que ça n'arrive pas au sein de l'organisation", a ajouté Lila Le Bas, précisant que l'Unef "aidera les femmes qui souhaitent porter plainte dans leur démarche".

Écoutez l'interview de Lila Le Bas, invitée du Grand Journal de 18h présentée par Véronique Jacquier

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio