Louis Aliot rouvre quatre musées à Perpignan - "Tentons de le faire !"

Les plus grands musées de la ville vont rouvrir jusqu’au 15 février a minima, en attendant la décision du tribunal administratif. Le nouveau maire perpignanais matéralise une forme d’opposition aux restrictions sanitaires imposées par le gouvernement.

Thumbnail
Louis Aliot, premier maire à oser un arrêté municipal pour rouvrir les musées contre les consignes gouvernementales.

Un reportage audio et photo de Christine Bouillot pour Sud Radio.

 

Le maire de Perpignan fait les gros titres ce mardi, après avoir pris hier un arrêté pour ouvrir les quatre plus grands musées de sa ville. S'il rappelle qu'il n'incite pas à "tout ouvrir", il incarne là son opposition à la prudence de Roselyne Bachelot, laquelle assure que les monuments et musées seront les premiers à rouvrir, mais seulement dès lors que l'épidémie décroîtra. Dans le fief de Louis Aliot, il faudra donc s'inscrire sur un registre pour aller au musée et respecter un protocole sanitaire bien strict - gel hydroalcoolique, limitations d'affluence et sens de circulation. "Les musées sont un échelon essentiel, surtout en province, on n'est pas au Louvre ou dans de grands musées. Mais ils ont une importance vitale pour nous", justifie le maire de la préfecture des Pyrénées-Orientales.

"Madame Bachelot dit ce lundi matin qu'il y a des chiffres s'améliorent et qu'il faut y aller progressivement. Je suis tout à fait d'accord avec ça, allons-y progressivement et tentons dans certaines villes de le faire. On est prêts, le personnel est là, les toiles au mur, le protocole sanitaire. On verra que dans les musées, on n'est pas plus en insécurité sanitaire que dans la supérette du coin."

 

Éviter l'imprudence sanitaire, promouvoir l'art comme exutoire

Pas plus de cent personnes en même temps au musée Rigaud par exemple ne pourront voir cette exposition de toiles venues de Versailles, lesquelles ont été visibles seulement dix jours pour l'instant. Virigine Santiago, directrice adjointe du musée cité, ne lésine pas sur le protocole : "il y a aura un visiteur pour 10 mètres carrés. Autrement dit, trois maximum dans la pièce."

 

L’adjoint à la Mairie en charge de la Culture, Bernard Bonnet, se réjouit de la décision de son maire, invoquant l'argument de la noblesse de l'art.

"Les jours sont comptés et des expositions d'une telle richesse, d'une telle valeur, c'est presque un sacrilège de laisser les musées fermés", justifie Bernard Bonnet.

 

 

 

 

 

 

 

 

Louis Aliot se défend d’avoir voulu faire un coup politique tandis que la préfecture annotait ce lundi soir dans un communiqué avoir saisi le tribunal admnistratif. La décision de justice est attendue le 15 février. D'ici là, les quatre musées concernés - le musée Rigaud, la Casa Pairal, le musée Puig et le muséum d'Histoire naturelle - resteront ouverts.