Lingots d'or de la maire de Puteaux: un employé de banque privée mis en examen

Un employé de banque privée a été mis en examen dans l'affaire des "102 lingots d'or" de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, maire de Puteaux (Hauts-de-Seine) soupçonnée d'avoir transmis des fonds non déclarés à sa fille, a appris vendredi l'AFP de sources proches du dossier.

STEPHANE DE SAKUTIN - AFP/Archives

Un employé de banque privée a été mis en examen dans l'affaire des "102 lingots d'or" de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, maire de Puteaux (Hauts-de-Seine) soupçonnée d'avoir transmis des fonds non déclarés à sa fille, a appris vendredi l'AFP de sources proches du dossier.

Ce gestionnaire de fortune chez CBP Quilvest a été mis en examen le 19 juillet pour blanchiment aggravé de fraude fiscale aggravée entre 2008 et 2011, selon les mêmes sources, faisant monter à sept le nombre de personnes mises en examen dans ce dossier.

Cet employé "conteste très fermement les faits", a réagi son avocate Charlotte Plantin. "Il considère avoir respecté la régulation en vigueur à l'époque et n’était absolument pas au courant de la provenance des fonds", a-t-elle assuré à l'AFP.

Un autre nom de banque privée apparaît dans ce dossier: Edmond de Rothschild. CBP Quilvest et Rothschild n'ont pas été auditionnées à ce stade, selon une source proche.

Est notamment reproché à Mme Ceccaldi-Raynaud d'avoir transféré à sa fille des fonds non déclarés sur un compte au Luxembourg, dont 102 lingots d'or d'une valeur de 2 millions d'euros à l'époque et près de 865.000 euros en liquide.

Selon l'ancienne députée et maire LR, qui conteste les faits, ces lingots provenaient d'un héritage de sa grand-mère corse.

Elle a été mise en examen en décembre 2020 pour blanchiment de fraude fiscale aggravée et placée sous contrôle judiciaire.

Ses enfants, Vincent Franchi et Emilie Franchi, son gendre Vincent Laviec, Olivier Ben Sadoun, ex-directeur sportif à la mairie de Puteaux, et Didier Ben Sadoun, gestionnaire de compte lors des faits, ont été mis en examen entre avril et août derniers.

Ils sont tous soupçonnés de blanchiment de fraude fiscale, certains avec des circonstances aggravantes. Emilie Franchi et son mari Vincent Laviec ont également été mis en examen en avril pour fraude fiscale commise autour des années 2010.

Emilie Franchi, Vincent Laviec et Vincent Franchi contestent vigoureusement les faits reprochés.

Les frères Ben Sadoun sont "embarqués dans cette affaire" seulement car ils sont "intervenus dans le cadre de leurs fonctions professionnelles", a affirmé de son côté vendredi à l'AFP leur avocat, Me Jean-Yves Le Borgne.

C'est le père de Joëlle Ceccaldi-Raynaud qui avait signalé, dès 2008, ce fameux compte à la justice: Charles Ceccaldi-Raynaud, maire de Puteaux pendant trente-cinq ans, ancien parlementaire, décédé en 2019.

Mis en examen en 2007 dans une vaste enquête pour corruption, il était soupçonné d'être le bénéficiaire d'un marché présumé truqué de la chaufferie du quartier d'affaires de La Défense.

En 2008, il avait signalé un compte caché au Luxembourg de sa fille, suggérant qu'il pourrait contenir des pots-de-vin liés à la chaufferie. Les deux étaient alors en conflit pour la mairie.

AFP / Nanterre (AFP) / © 2022 AFP