single.php

L'imam tunisien expulsé "va se défendre" en justice pour retourner en France

Un imam tunisien expulsé jeudi par la France où les autorités l'accusent d'avoir tenu des propos haineux, a dénoncé auprès de l'AFP une décision "injuste" et "arbitraire", et annoncé qu'il allait saisir la justice pour la faire annuler et retourner auprès de sa famille.

FETHI BELAID - AFP

Un imam tunisien expulsé jeudi par la France où les autorités l'accusent d'avoir tenu des propos haineux, a dénoncé auprès de l'AFP une décision "injuste" et "arbitraire", et annoncé qu'il allait saisir la justice pour la faire annuler et retourner auprès de sa famille.

Imam de la petite ville de Bagnols-sur-Cèze dans le sud de la France, Mahjoub Mahjoubi a été interpellé puis expulsé jeudi vers la Tunisie où il est arrivé peu avant minuit à bord d'un vol en provenance de Paris.

Installé en France depuis le milieu des années 1980, marié et père de cinq enfants, l'imam était dans la ligne de mire du ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui avait demandé dimanche le retrait de son titre de séjour.

Il était notamment reproché à Mahjoub Mahjoubi la diffusion d'une vidéo dans laquelle il qualifiait le "drapeau tricolore" - sans préciser s'il s'agissait du drapeau français - de "drapeau satanique" qui n'aurait "aucune valeur auprès d'Allah" (Dieu en arabe).

Il s'était défendu en évoquant un "lapsus", expliquant qu'il dénonçait en réalité les rivalités entre supporters des pays du Maghreb au cours de la récente Coupe d'Afrique des Nations (CAN) de football.

"La décision administrative du ministre de l'Intérieur est bien sûr injuste, je vais me défendre et tout faire pour revenir auprès de ma femme et de mes enfants", a-t-il déclaré à l'AFP dans la maison de sa belle-famille à Soliman, à une trentaine de km à l'est de Tunis.

Sa femme et ses enfants, dont le petit dernier, âgé de sept ans, est hospitalisé pour un cancer, dépendent entièrement de lui: "ils sont seuls, c'est impossible qu'ils puissent vivre sans moi", a souligné ce patron d'une entreprise de construction. "Je suis un contribuable, un homme sans problèmes", s'est-il encore défendu, en émettant des inquiétudes sur le sort de sa société.

- "Décision arbitraire" -

"Mon avocat va saisir la justice en France et si le tribunal ne me rend pas justice, je ferai appel, et ensuite je ferai un recours devant la Cour européenne" des droits de l'Homme, a-t-il précisé.

L'imam Mahjoub Mahjoubi lors d'un entretien chez lui, à Soliman, en Tunisie, le 23 février 2024 au lendemain de son expulsion de France

L'imam Mahjoub Mahjoubi lors d'un entretien chez lui, à Soliman, en Tunisie, le 23 février 2024 au lendemain de son expulsion de France

FETHI BELAID - AFP

L'imam, âgé de 52 ans et dont les enfants ont la nationalité française selon lui, a dit "croire et avoir confiance dans la justice française dont M. Darmanin s'est emparé alors qu'il y a la séparation des pouvoirs".

"Il n'y a aucun doute qu'il y a une injustice à mon égard, la loi immigration a été votée il y a à peu près 3 semaines, et je suis la première victime de cette loi", a estimé l'imam.

M. Darmanin a affirmé jeudi sur X que l'expulsion de l'imam était "la démonstration que la loi immigration, sans laquelle une telle expulsion aussi rapide n'aurait pas été possible, rend la France plus forte". "La fermeté est la règle", a ajouté le ministre, fustigeant un "+imam+ radical aux propos inacceptables".

Niant catégoriquement toute "insulte envers la communauté juive ou le drapeau français", il a dit être connu des autorités de sa ville comme "un homme de paix, du juste milieu". "Je n'ai jamais prôné ni la haine, ni le radicalisme bien au contraire, tout le monde me connaît", a-t-il ajouté.

L'imam Mahjoub Mahjoubi dans une rue de Soliman, en Tunisie, le 23 février 2024 au lendemain de son expulsion de France

L'imam Mahjoub Mahjoubi dans une rue de Soliman, en Tunisie, le 23 février 2024 au lendemain de son expulsion de France

FETHI BELAID - AFP

"Mon expulsion s'est faite sur une décision arbitraire du ministre de l'Intérieur. Monsieur Darmanin cherche à faire du buzz autour de la loi immigration en se servant de Mahjoub Mahjoubi", a rétorqué l'imam, soulignant la rapidité de la décision d'expulsion.

"C'est une question constitutionnelle, juridique, au niveau européen: on ne peut pas expulser un homme et l'éloigner de ses enfants, des enfants mineurs", a-t-il dit.

"M. Darmanin surfe sur le terrain du Rassemblement national, avec les élections européennes qui arrivent" en juin, où la majorité présidentielle est distancée par le RN dans les sondages, a ajouté M. Mahjoubi.

Par Ezer MNASRI / Soliman (Tunisie) (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
13H
11H
10H
09H
05H
23H
20H
19H
18H
17H
16H
Revenir
au direct

À Suivre
/