single.php

L'expulsion de l'imam tunisien Mahjoubi validée en référé

La juge des référés a validé lundi l'expulsion de l'imam tunisien Mahjoub Mahjoubi, qui contestait son renvoi de France, estimant notamment qu'il avait délibérément tenu des propos discriminatoires et incitant à la haine envers les femmes et les juifs dans ses prêches.

FETHI BELAID - AFP

La juge des référés a validé lundi l'expulsion de l'imam tunisien Mahjoub Mahjoubi, qui contestait son renvoi de France, estimant notamment qu'il avait délibérément tenu des propos discriminatoires et incitant à la haine envers les femmes et les juifs dans ses prêches.

Le tribunal a jugé que les propos prononcés par M. Mahjoubi ne s'inscrivaient pas dans "le cadre des valeurs de la République française, opposaient les musulmans et les non-musulmans, incitaient à la haine envers les juifs et Israël ou faisaient l’apologie du jihad et de la charia", explique-t-il dans un communiqué.

Vendredi, M. Mahjoubi avait déposé par la biais de son avocat, Me Samir Hamroun, une demande de référé-liberté pour contester auprès du juge des référés du tribunal administratif l'arrêté d'expulsion pris par le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, en personne à l'encontre de son client.

Me Samir Hamroun a indiqué à l'AFP avoir interjeté appel de la décision devant le conseil d'Etat qui statuera en référé.

Il avait dénoncé vendredi "une violation des droits inouïe" et "une procédure inédite en termes de célérité" contre son client qui "a été privé de pouvoir faire entendre sa cause devant un juge"

Imam de la petite ville de Bagnols-sur-Cèze, dans le département du Gard (sud de la France), Mahjoub Mahjoubi a été interpellé puis expulsé le 22 février vers la Tunisie.

Il était notamment reproché à Mahjoub Mahjoubi la diffusion d'une vidéo dans laquelle il qualifiait le "drapeau tricolore" - sans préciser s'il s'agissait du drapeau français - de "drapeau satanique" qui n'aurait "aucune valeur auprès d'Allah (Dieu en arabe)".

Dans sa décision rendue lundi, la juge estime que M. Mahjoubi "développe un discours théorisant la soumission de la femme à l’homme et impliquant que les femmes ne puissent bénéficier des mêmes libertés ou des mêmes droits que les hommes, en méconnaissance du principe constitutionnel d’égalité".

Elle relève, par ailleurs, que l'imam "tient des propos contre les principes de la République en s’en prenant au drapeau français, emblème national et en faisant l’éloge de la charia", la loi islamique. Elle note, en outre, "que les propos proférés sont des actes de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence" envers des personnes "en raison de leur non-appartenance à la religion musulmane ou à l’appartenance à un autre courant de l’Islam".

Enfin, la juge souligne que les propos de M. Mahjoubi "envers les Juifs désignés notamment comme les ennemis historiques des musulmans qu’il faut combattre sont constitutifs d’actes de provocation explicite et délibérée à la discrimination, à la haine ou à la violence contre les Juifs".

Elle précise, en dernier lieu, que M. Mahjoubi a tenu des propos incitant au terrorisme en faisant une apologie du jihad.

AFP / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
18H
17H
15H
14H
13H
11H
10H
09H
07H
04H
Revenir
au direct

À Suivre
/