éditorial

L'édito de Yolaine de La Bigne

Yolaine de La Bigne
Société

Les sorcières existent toujours !

Les sorcières existent toujours, on en trouve même un certain nombre dans un livre qui vient de sortir. Mais elles n’ont plus de balai et de bave de crapaud rassurez-moi !

Elles nous ressemblent, ce sont des femmes normales mais qui ont un don ou un savoir. Ce sont les arrières petites filles de ces sorcières, ces femmes du peuple qui connaissaient les herbes et les plantes médicinales et qui ont été tuées et brûlées par les religieux catholiques et des hommes qui ne voulaient pas qu’elles les concurrencent. On ne parle pas beaucoup de ce génocide qui a duré des siècles. C’est pour ça que Jean-Philippe de Tonnac s’est senti honteux vis-à-vis des femmes et de la souffrance qu’elles continuent de subir dans le monde. Du coup, il est parti à leur rencontre et nous fait le joli cadeau d’un livre
chez Guy Tradaniel, Le cercle des guérisseuses.

Qui sont-elles, des chamanes ? Elles sont chamanes en effet mais aussi naturopathes, magnétiseuses, chercheuses en mémoire cellulaire … En fait c’est un voyage à travers la France, la Suisse et le Canada à la rencontre de femmes qui guérissent nos douleurs mais sans médicaments. Certaines se basent sur la culture amérindienne, d’autres pratiquent l’étreinte comme la célèbre indienne Amma, « la mère » qui a pris dans ses bras des millions de gens, ça peut faire sourire mais manifestement ça provoque un immense apaisement. Certaines vous reçoivent dans une hutte de sudation comme faisaient les indiens pour se purifier, les méthodes sont très variées


Mais ça n’est pas un peu bidon ? Bien sûr ce n’est pas un livre pour les cartésiens purs et durs mais pour ceux qui considèrent que notre société est devenue hors-sol et ne correspond plus à leurs attentes. Leurs méthodes ne rentrent pas en compétition avec les médecins, elle est parallèle, il s’agit plutôt d’une démarche spirituelle, de prévention et de bien-être moral, bref un état d’être qui ne se traite pas avec des médicaments.

S’il y a de plus en plus de cercles et de réunions de guérisseuses dans le monde cela prouve qu’il y a un besoin et que le doliprane ne guérit pas tout !

Les rubriques Sudradio