Les retraités appelés à manifester pour le pouvoir d'achat

Des retraités défilent ce jeudi, à l'appel de neuf syndicats. Au cœur des préoccupations: le pouvoir d’achat, les pensions désindexées de l'inflation, la suppression de l'impôt sur la fortune, ou encore la hausse de la CSG,  des prix du gaz du gaz, et de l’essence.

Les mots d'ordre ne manquent pas, pour ces manifestants à la retraite rencontrés à Marseille.

Thumbnail

Cette retraitée des  finances publiques ne s’en cache pas: "J'ai voté Macron". Uniquement pour faire barrage au Front national, précise t-elle; Mais aujourd'hui Agnès Bounou s'en mord les doigts:

"Je regrette parce qu'il a menti: quand il nous disait qu'il maintiendrait le pouvoir d'achat des retraités... Qu'est-ce qu'il fait à l'heure actuelle? Il casse notre pouvoir d'achat !".

L’annulation de la hausse de la CSG  sur les pensions de moins de 2000 euros n’a pas calmé la colère de Roselyne Garcia, porte-parole du syndicat Unirs Solidaires 13: "300.000 retraités qui auront une baisse, c'est une goutte d'eau sur les plus de 17 millions de retraités ! Donc nous, nous demandons la suppression de l'augmentation de la CSG"

Des pensions de retraites inférieures à l'inflation

Autre revendication : indexer les retraites sur le coût de la vie. L’inflation était de 1.8 % l’an passé, mais les pensions ne vont augmenter que de 0,3 %. Un constat que déplore Jean Bergue, qui travaillait chez  France Telecom.

"Quand il y a l'assurance qui arrive, ça fait 5 ou 6 euros de plus. Ajoutez à ça le gaz qui augmente, l'essence qui augmente... Tout augmente ! Donc mécaniquement, on perd du pouvoir d'achat. Macron tient des discours, promet une grande concertation, mais la route continue. C'est du vent ! Il fait de la com..."

Des retraités qui dénoncent également la casse du service publique, et réclament le rétablissement de l’impôt sur la fortune. C’est ce qu’ils iront dire dans les rues.

Reportage Sud Radio de Lionel Maillet