Les Petits Frères des Pauvres, la "famille" des personnes âgées isolées

Face aux fortes chaleurs, et alors que beaucoup sont partis en vacances, il est important de veiller à nos aînés. Ce sont les populations les plus fragiles pendant l’été.

Thumbnail
À Marseille, les Petits Frères des Pauvres prennent soin de 400 personnes âgées.

Pour ne pas rompre le lien social et prendre soin des plus âgés qui sont isolés, de nombreuses associations se mobilisent durant les vacances. Parmi elles, les Petits Frères des Pauvres proposent un accompagnement, comme tout au long de l’année. L’association est présente partout en France. Tous les jours, ses bénévoles apportent un peu de chaleur humaine à ceux qui en ont besoin. Exemple à Marseille, dans le 12e arrondissement.

 

Une bastide ouverte à tous

Abdel est venu passer la journée dans la bastide des Petits Frères des Pauvres : "être isolé, ne pas avoir de famille, d’amis, qui viennent me voir, c’est quand même difficile. De temps en temps, je me sens déprimé. Comme ça, à la campagne, avec la verdure, la nature, avec une légère brise, c’est agréable. Depuis dix ans, ils s’occupent de moi, ils viennent me voir. Heureusement qu’ils sont là."

"Je vais les chercher à domicile, explique Thierry, des Petits Frères des Pauvres. Je les ramène le soir tranquillement et ils auront passé une excellente journée. Notre patrimoine domanial est magnifique, ils sont chez eux, dehors, à l’intérieur… Jeux de société, boulodrome, on les aide à passer une bonne journée." Et après le repas, certains, comme Yvette, pourront même se faire coiffer : "L’été, les gens sont pas trop là, on est seuls. Mais finalement, ça passe vite."

Comme une famille

Un moment pour soi indispensable pour ces personnes âgées isolées, à l’image de Chantal : "L’amitié, la solidarité, ne pas se retrouver seul. J’ai perdu mon mari en 1998. Cela fait quand même 21 ans que j’ai été adoptée par les Petits Frères des Pauvres. Et je peux le dire : c’est ma famille. j’y ai retrouvé une chaleur humaine que j’avais oublié."

Pour la seule ville de Marseille, les Petits Frères des Pauvres prennent soin de quelque 400 personnes âgées, et sont à la recherche de bénévoles pour épauler leurs équipes, fortes de 350 volontaires.