single.php

Les métros ne s'arrêteront plus en cas de malaise d'un voyageur, mais les conducteurs ne sont pas tous d'accord

Le principal syndicat de conducteurs de la RATP a fait part de sa vive désapprobation après l'annonce de Valérie Pécresse sur la fin de l'obligation pour les métros de s'arrêter en cas de malaise d'un voyageur jusqu'à l'arrivée des secours, un changement pourtant soutenu par le Samu.

Christophe ARCHAMBAULT - AFP/Archives

Le principal syndicat de conducteurs de la RATP a fait part de sa vive désapprobation après l'annonce de Valérie Pécresse sur la fin de l'obligation pour les métros de s'arrêter en cas de malaise d'un voyageur jusqu'à l'arrivée des secours, un changement pourtant soutenu par le Samu.

"Sur les malaises voyageurs, nous avons une doctrine qui est absurde, qui n'est pas celle de Londres, pas celle de Tokyo", a indiqué jeudi Valérie Pécresse, qui préside l'autorité des transports Ile-de-France Mobilités (IDFM).

"Quand quelqu'un s'évanouit dans le métro, au lieu de le sortir de la rame pour le faire respirer, on le garde comme s'il avait eu un choc d'accident de la route, on le met en PLS (position latérale de sécurité), on arrête la rame et on attend que les secours arrivent", a-t-elle précisé.

Désormais, "pour les malaises voyageurs nous n'arrêterons plus les rames de métro" et les personnes pourront être déplacées sur le quai en attendant les secours, s'est-elle réjouie.

Le Samu de Paris et les sapeurs-pompiers de Paris ont eux même approuvé ce changement de doctrine, a confirmé à l'AFP Patrick Pelloux, médecin urgentiste au Samu de Paris.

Les deux services de secours ont envoyé à la RATP un courrier, où ils expliquent que "le principe de non-évacuation sur le quai d'un voyageur pris de malaise n'est pas un gage de préservation de sa santé et de sa sécurité", a indiqué M. Pelloux.

Ils recommandent qu'"en cas de malaise" d'un voyageur, "il soit procédé par toute personne présente sur place à l'évacuation de la personne malade, que celle-ci soit consciente ou inconsciente, sur le quai où le train est stationné".

Cette doctrine ne s'applique pas dans des "cas de traumatologie" comme un accident ou un attentat, a précisé M. Pelloux à l'AFP.

- Négociations en cours -

Mais pour FO-RATP, syndicat numéro un chez les conducteurs du métro, la mise en œuvre de ces principes traduit "une réorientation des tâches, anxiogène, déshumanisante et dévalorisante".

Désormais, "pour les malaises voyageurs", les personnes pourront être déplacées sur le quai en attendant les secours, sans arrêter les rames de métro

Lionel BONAVENTURE - AFP/Archives

"C’est une posture politique qui répond à des injonctions de production pour les Jeux olympiques et paralympiques et qui à terme vise à mettre en difficulté professionnelle les agents de la RATP", a de son côté déploré FO-RATP dans un tract.

"Si le malaise n’est pas traité correctement ou que la personne décède, ce n’est sûrement pas Madame Pécresse qui sera en garde à vue!", s'est inquiété le syndicat. "Nous n’accepterons aucune obligation, ni remise en cause de notre droit de porter assistance".

Du côté d'IDFM, on assure qu'un dialogue social est en cours pour discuter des modalités de la mesure. Ce dialogue doit ensuite se décliner ligne par ligne au mois de mars, pour une mise en place en juin, "avant les Jeux olympiques".

Une échéance confirmée par le RATP qui assure que les formations "de l’ensemble des conducteurs de métro et de RER, ainsi que des agents des gares et stations" vont débuter d'ici quelques semaines.

Les transports parisiens sont particulièrement scrutés dans la perspective des JO qui doivent être les premiers Jeux à acheminer 100% des spectateurs sur les sites de compétition. IDFM cherche à améliorer la qualité de service, alors que plus de 10 millions de spectateurs sont attendus pendant toute la durée de la compétition.

Mme Pécresse a également assuré que pour limiter les nuisances liées aux colis abandonnés, des brigades cynophiles allaient être recrutées "pour renifler les colis et en un quart d'heure lever le doute".

Les chiens renifleurs sont une ressource rare et difficile à trouver, essentielle pour les opérateurs de transport afin de fluidifier le trafic sur les lignes où le nombre de bagages abandonnés a considérablement augmenté depuis quelques années.

Par Antoine GUY, Laurent BARTHELEMY / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
17H
16H
14H
13H
12H
11H
09H
07H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/