Les maires devraient avoir accès à l’identité des fichés S de leur commune

Hervé Maurey, sénateur Union Centriste de l’Eure, était "L’invité de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 13 décembre animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Thumbnail

Une polémique soulevée après l'attentat de Strasbourg

Hervé Maurey, sénateur Union Centriste de l’Eure, explique au micro de Patrick Roger que les maires n’ont toujours pas accès à l’identité des fichés S de leur commune. Hervé Maurey avant déposé il y a deux ans une proposition de loi pour permettre aux maires d'avoir accès à l'identité de fichés S de leur ville, sans succès. "Emmanuel Macron avait annoncé au mois de mai que les maires allaient avoir accès à ces données dès le mois de juillet, dans les faits cela n'a pas suivi. En novembre, une circulaire très restrictive indique que dans certains cas et de manière ponctuelle, le Préfet peut informer le maire qu'il a dans sa commune une personne présentant des dangers."

Restrictif et donc peu efficace ? "Quand on voit le palmarès du tueur de Strasbourg, 27 condamnations, et que le maire de la commune n'est même pas informé qu'un tel individu est dans sa commune, ce n'est pas normal !" Dans le meilleur des cas, qu'aurait pu faire le maire ? "Il aurait pu faire attention aux faits et gestes de ce monsieur grâce à sa police municipale. Quand on sait qu'il y a un danger, on est vigilant, on prête une attention toute particulière à un individu."

Est-ce réalisable dans les grandes villes ? 

Quand il n'y a qu'une ou deux personnes fichées S dans une commune, on peut être vigilant. Mais quand il y en a plusieurs, comme dans une grande ville, que faire quand on sait qu'il faut vingt personnes par an pour surveiller un fiché S ?

"C'est la responsabilité du maire de voir comment il organiserait les choses. Dans une grande ville il y a plus de moyens : services sociaux, moyens humains, services de police, de prévention et vous leur signalez le profil de l'individu pour qu'il y ait une surveillance particulière. Cela paraît évident et je ne comprends pas que ce ne soit toujours pas fait malgré les propos du président de la République."

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !