Les franchises et la fin du confinement - Sud Radio à votre service avec Fiducial

Aujourd’hui, lundi 11 mai, jour du "déconfinement", et notamment pour un certain nombre de commerçants, Véronique DISCOURS-BUHOT, déléguée générale de la Fédération française de la franchise, était l’invitée de Sud Radio à votre service.

La Fédération française de la franchise avait annoncé l’arrêt de 86 % des entreprises, dont 23 % pensaient à une fermeture définitive. Après deux mois de fermeture, et donc deux mois sans chiffre d’affaires pour la plupart, les commerçants rouvrent progressivement au public. Avec une angoisse : sera-t-il possible de retrouver le niveau de chiffre d’affaires d’avant la crise ?

 

Pour beaucoup, cela va être un problème, dans les semaines et même les mois à venir. Même si cela variera aussi énormément d’un secteur à l’autre, car on imagine bien que les coiffeurs vont reprendre une activité plus ou moins normale assez vite, là où les restaurants et les bars, en revanche, n’ont toujours pas reçu de date de réouverture. "Toute la partie événementielle est elle aussi très touchée", explique Véronique DISCOURS-BUHOT, "et un certain nombre de services comme les femmes de ménage" risquent aussi d'être largement impactés.

Le problème réside donc en ceci que le chiffre d’affaires ne va être retrouvé que progressivement, alors que les charges vont rester fixes.

La Fédération française de la franchise avait demandé une indexation du loyer sur le chiffre d’affaires réalisé par le commerçant mais, comme l’explique Véronique DISCOURS-BUHOT, le loyer n’est qu’une partie de leurs charges, n’en étant pas l’unique. Selon elle il va donc falloir assouplir les règles, et notamment celles du travail, comme les horaires d’ouverture par exemple, pour permettre de retrouver un nombre de clients normal, et ce malgré les règles instaurées pour filtrer l’affluence en raison des contraintes sanitaires.

Pour ce qui est des discussions en cours, Véronique DISCOURS-BUHOT salue ce qui a été fait déjà par le gouvernement, au moment de la crise, avec une prise de conscience assez rapide des moyens à apporter, et une écoute des fédérations professionnelles. Chaque semaine, en effet, M. Bruno Le Maire proposait à ces fédérations de dialoguer, et de faire remonter les choses qui fonctionnaient, et celles qui ne fonctionnaient pas. La déléguée générale de la Fédération française de la franchise préfère ne pas en dire plus sur les négociations actuelles, car le ministre de l'économie a nommé une médiatrice, et la médiation est en cours.

Sud Radio à votre service dans Le Grand Matin Sud Radio à 6h50 avec FIDUCIAL.

Abonnez-vous au podcast