éditorial

L'édito de Véronique Jacquier

Véronique Jacquier
Société

Le référendum d'initiative citoyenne a-t-il un intérêt ?

Le référendum d’initiative citoyenne devient la nouvelle revendication des gilets jaunes. Un tel referendum peut il être la solution pour plus de démocratie participative ?

Les gilets jaunes prennent pour modèle la Suisse. Un pays fédéral, 8 fois moins peuplé que la France. Mais surtout un pays qui se porte bien ! Apaisé, au sens civique élevé, sans passion extrémiste. La France : 2 300 milliards de dettes, un pays en quasi faillite, 6 millions de chômeurs, 9 millions de pauvres et un peuple en colère. Dans ce contexte, le référendum d’initiative populaire est dangereux. Les gilets jaunes voudraient pouvoir faire adopter une loi ou révoquer un élu via 700 000 signatures. Le corps électoral en France est de 45 millions d’inscrits. 700 000 signatures ce n’est pas beaucoup pour prendre des décisions qui impliquent l’avenir du pays ! Sur quelle question porterait le référendum ? La démission d’Emmanuel Macron ? La fin de l’immigration ? Du 80 km / heure ? Le rétablissement de la peine de mort ? Ce serait la remise en cause permanente de notre démocratie parlementaire. Le pouvoir serait constamment menacé par des propositions démagogiques. Le pays serait ingouvernable et impossible à reformer. Le meilleur référendum c’est le bulletin de vote.

Mais les institutions paraissent lointaines. Est-ce que la question à se ne poser n'est pas plutôt, faut-il plus d’initiative citoyenne au niveau local ? Mais cela existe déjà ! Au niveau d’une commune ça marche très bien. Les habitants peuvent être sollicités pour l’implantation d’éoliennes ou la création d’une police municipale. Au niveau régional la Loire Atlantique vient de demander au gouvernement un référendum pour décider de son rattachement ou non à la Bretagne. Le département a reçu une pétition signée par 100 000 personnes. Les élus du conseil départemental ont voté contre le rattachement mais ont souhaité que le dernier mot revienne au citoyen. Au niveau national et pour les accords internationaux je l’ai dit le référendum d’initiative citoyenne est dangereux d’autant que les réseaux sociaux peuvent subir l’influence de puissances étrangères. Il faut laisser les gouvernements gouverner et surtout leur laisser le temps de le faire même quand on est en colère. Churchill disait que la démocratie est un mauvais système mais elle est le moins mauvais de tous les systèmes.

Les rubriques Sudradio