single.php

Le modèle de franchise de Carrefour critiqué par Bercy, l'action dévisse

Carrefour, qui s'en défend, impose-t-il à ses franchisés une relation trop déséquilibrée ? C'est l'avis de certains d'entre eux, qui l'ont assigné en justice, mais également du ministère de l'Economie, qui préconise une amende de 200 millions d'euros, faisant dévisser le cours de Bourse du distributeur mardi.

Thomas SAMSON - AFP/Archives

Carrefour, qui s'en défend, impose-t-il à ses franchisés une relation trop déséquilibrée ? C'est l'avis de certains d'entre eux, qui l'ont assigné en justice, mais également du ministère de l'Economie, qui préconise une amende de 200 millions d'euros, faisant dévisser le cours de Bourse du distributeur mardi.

Des conditions contractuelles "si manifestement déséquilibrées au détriment des franchisés" qu'il ne peut en résulter "que de la soumission de ceux-ci à ces obligations": les "conclusions d'intervention volontaire" des services du ministère de l'Economie, révélées mardi par le média La Lettre et que l'AFP a pu consulter, sont très critiques vis-à-vis de Carrefour.

Après la révélation de l'information, l'action du seul distributeur du CAC 40 a dévissé de plus de 9% à la Bourse de Paris, touchant même un plus bas depuis novembre 2020, à 13,14 euros, avant de réduire légèrement ses pertes.

Carrefour "conteste vigoureusement" les critiques de Bercy et a affiché dans un communiqué à la mi-journée sa "totale confiance" dans la "parfaite validité de ses contrats".

De son côté, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), service de Bercy, a indiqué mardi à l'AFP qu'elle avait "initié une enquête administrative depuis plusieurs années" sur ce dossier, investigations qui "aboutissent au constat (...) de pratiques contraires au code du Commerce". D'où la transmission de ces informations à la justice.

- Association de franchisés mécontents -

Le ministère de l'Economie qui se base notamment sur une enquête menée par la Direction régionale de l'économie, de l'emploi, du travail et des solidarités (DREETS) de Normandie entre juillet 2019 et mars 2022, a délivré ces conclusions dans le cadre d'une assignation émanant d'une "association des franchisés de Carrefour". Cette action rassemble des gérants de magasins en franchise mécontents, et déposée devant le tribunal de Rennes.

Bercy relève, dans les contrats entre Carrefour et ses franchisés, "de nombreuses obligations" qui sont "hors de proportion avec les règles habituelles de fonctionnement d'une franchise".

Les distributeurs s'appuient de plus en plus sur un déploiement de magasins en franchise, modèle dans lequel des commerçants indépendants paient une redevance pour utiliser le nom de l'enseigne et s'approvisionnent auprès de la centrale d'achat du distributeur.

La stratégie du PDG de Carrefour Alexandre Bompard, lors de l'assemblée générale des actioannires du groupe, le 24 mai 2024 à Aubervilliers, près de Paris

La stratégie du PDG de Carrefour Alexandre Bompard, lors de l'assemblée générale des actioannires du groupe, le 24 mai 2024 à Aubervilliers, près de Paris

Mehdi FEDOUACH - AFP/Archives

Cela permet aux Carrefour, Casino (Monoprix, Franprix...) ou encore Auchan de conserver ou accroître leur surface de vente, sans supporter de nombreux coûts d'exploitation des magasins, salaires ou investissements par exemple.

Des différences existent toutefois, un concurrent ayant récemment assuré à l'AFP que son propre modèle laissait "beaucoup plus d'autonomie à ses franchisés que celui de Carrefour" par exemple.

- Assignations -

Pour Bercy, les pratiques de Carrefour "sont contraires à l'ordre public économique et justifient que soit prononcée une amende civile" d'un montant de 200 millions d'euros.

Le ministère de l'Economie préconise en outre que l'injonction à cesser les pratiques illégales soit assortie d'une astreinte de 50.000 euros par jour de retard à compter de la signification du jugement que doit prononcer le tribunal de Rennes.

Ces conclusions ne préjugent pas de la décision de ce tribunal, qui ne devrait pas intervenir avant plusieurs mois, selon deux bons connaisseurs du dossier ayant requis l'anonymat.

La franchise est un pilier de la stratégie du PDG de Carrefour Alexandre Bompard, qui lui accorde une place sans cesse croissante dans le modèle de l'entreprise depuis son arrivée en 2017.

En France, le N.2 du secteur des supermarchés derrière E.Leclerc ne cesse d'ouvrir des magasins de petit format, dits de proximité, et fait aussi passer des plus gros magasins, hyper et supermarchés, en location-gérance, une variante de la franchise dans laquelle Carrefour reste propriétaire du fonds de commerce.

Cette autre pratique est toutefois contestée par les syndicats du distributeur, qui y voient une externalisation de magasins et de salariés, plus de 23.000 à ce jour, selon la CFDT. La branche services du syndicat a également assigné Carrefour en justice, "pour pratique abusive de la location-gérance et de la franchise".

Alexandre Bompard a récemment défendu cette politique permettant à Carrefour de ne pas fermer de magasins, dans un contexte "extraordinairement difficile" sous la "pression concurrentielle" de spécialistes du discount, comme Lidl ou Action, et de réseaux de magasins "indépendants", E.Leclerc, Intermarché, Coopérative U, "dont le modèle social n'a rien à voir avec le nôtre".

Par Corentin DAUTREPPE / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
23H
22H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
Revenir
au direct

À Suivre
/