single.php

Le gouvernement et le RN se disputent la défense des agriculteurs

Une autoroute bloquée depuis deux jours et un gouvernement qui redoute l'embrasement du monde agricole: Gabriel Attal a affiché samedi son soutien aux agriculteurs, courtisés par le Rassemblement national à quelques mois des élections européennes.

LOIC VENANCE - AFP

Une autoroute bloquée depuis deux jours et un gouvernement qui redoute l'embrasement du monde agricole: Gabriel Attal a affiché samedi son soutien aux agriculteurs, courtisés par le Rassemblement national à quelques mois des élections européennes.

L'agriculture est "un sujet absolument majeur (...) que je prends très au sérieux", a affirmé d'emblée le nouveau chef du gouvernement, lors d'un échange avec des Français organisé à Saint-Laurent-d'Agny (Rhône).

Evoquant l'agriculture comme une "chance" et une "fierté" pour la France, il a notamment promis de "faciliter la vie" des agriculteurs en réduisant les "paperasseries".

Quasiment au même moment à 600 km de là, le président du RN, Jordan Bardella, tête de liste aux élections européennes du 9 juin, était chez un éleveur laitier à Queyrac (Gironde).

Manifestation d'agriculteurs à Berlin, en Allemagne, le 19 janvier 2024

Manifestation d'agriculteurs à Berlin, en Allemagne, le 19 janvier 2024

Tobias SCHWARZ - AFP

Il y a dénoncé "l'Europe de Macron" qui veut, selon lui, "la mort de notre agriculture" mise en concurrence "avec des produits agricoles qui viennent du bout du monde, qui ne respectent aucune des normes toujours plus dures et toujours plus lourdes qu'on impose aux agriculteurs français".

En France, comme ailleurs en Europe, les manifestations d'agriculteurs se multiplient depuis quelques semaines.

Le logo de la FNSEA lors d'une manifestation devant un site du groupe Lactalis à Bouvron, en Loire-Atlantique, le 18 janvier 2024

Le logo de la FNSEA lors d'une manifestation devant un site du groupe Lactalis à Bouvron, en Loire-Atlantique, le 18 janvier 2024

LOIC VENANCE - AFP

Hausse des charges, interdiction de pesticides autorisés ailleurs, sentiment d'être écrasés par des normes, concurrence des produits ukrainiens, indemnisation des crises sanitaires... Les motifs de colère sont multiples.

En Occitanie, des agriculteurs bloquent depuis jeudi soir l'autoroute A64 - Toulouse-Bayonne - à hauteur de Carbonne (Haute-Garonne).

Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau participe à une réunion de travail avec les organisations professionnelles agricoles à la sous-préfecture de Vierzon, le 20 janvier 2024

Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau participe à une réunion de travail avec les organisations professionnelles agricoles à la sous-préfecture de Vierzon, le 20 janvier 2024

Pascal LACHENAUD - AFP

Sur les voies, les tracteurs sont alignés par dizaines. Une centaine de personnes sont regroupées dans un campement de fortune où se mêlent les odeurs de la fumée des braseros et du diesel du générateur électrique, a constaté un journaliste de l'AFP.

Juste au-dessus, des mannequins sont pendus à un pont pour symboliser leur détresse. "A un moment donné on n'en peut plus", lance Benoît Fourcade, céréalier de 50 ans.

"Je mets tout en jachère" et "vais pointer à l'usine" si un jour on interdit de pulvériser le désherbant controversé glyphosate, affirme-t-il.

L'exploitant grince aussi contre le relèvement progressif du coût du gazole non routier, négocié entre Bercy et le syndicat majoritaire FNSEA en échange de compensations.

"Pénibilité morale"

Pendant que M. Attal était dans le Rhône et le ministre de l'Economie dans la Marne, le ministre de l'Agriculture a été mandaté dans le Cher où il a visité un élevage laitier et rencontré des responsables agricoles.

"L'édiction de règles et de normes de plus en plus lourdes à supporter" a généré une "pénibilité morale" et une "certaine désespérance", a retracé devant lui le président de la chambre d'agriculture départementale, Etienne Gagneron.

"J'ai demandé à mes équipes" de trouver "des voies de simplification, des choses que l'agriculteur verra qu'il fait en moins" dans son quotidien, a expliqué le ministre à la presse.

Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau visite une ferme à Massay, le 20 janvier 2024

Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau visite une ferme à Massay, le 20 janvier 2024

Pascal LACHENAUD - AFP

"Maintenant il faut se mettre au travail et il faut dire qu'est-ce qu'on retire", a réagi le président du syndicat majoritaire FNSEA Arnaud Rousseau, sur BFMTV.

Gabriel Attal recevra lundi soir le patron de la FNSEA et le syndicat allié Jeunes agriculteurs.

Depuis la Gironde, Jordan Bardella a estimé que le gouvernement n'avait "pas manifesté énormément de preuves d'amour depuis 2017" à l'égard des agriculteurs.

"Cessons le populisme sur ces sujets-là (...). M. Bardella, je suis heureux qu'il se soit intéressé à l'agriculture ce week-end, il aurait été intéressant qu'il s'en occupe pendant cinq ans", a cinglé Marc Fesneau depuis le Cher.

Les préfets ont reçu pour instruction, à la demande de l'Elysée, "d'aller dès ce week-end à la rencontre des agriculteurs" et de leurs syndicats, "au plus près du terrain".

Contactées par l'AFP, des préfectures ont souligné que les rendez-vous étaient pris, ou que des échanges avaient déjà eu lieu, par exemple dans l'Eure samedi entre le préfet Simon Babre et des éleveurs de volailles lors d'un salon à Evreux.

La préfète de Meurthe-et-Moselle, Françoise Souliman, a aussi rencontré les organisations syndicales agricoles samedi matin, expliquant à l'AFP que cet entretien allait "permettre de nourrir la remontée d'informations" vers Paris.

Le gouvernement doit présenter le 24 janvier - un mois avant l'ouverture du Salon de l'agriculture (du 24 février au 3 mars à Paris) - un projet de loi pour favoriser la relève en agriculture. Il prévoit notamment que chaque écolier bénéficie au moins d'une "action de découverte de l'agriculture", comme une visite de ferme, durant sa scolarité. La profession imaginait un texte plus ambitieux.

Par Myriam LEMETAYER avec les bureaux de l'AFP en régions / Vierzon (France) (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
22H
20H
19H
18H
Revenir
au direct

À Suivre
/