Laverny : "S’il s’agit de lutter contre le chômage, on est complètement hors-sujet"

Agence Pôle Emploi
Agence Pôle Emploi

Au micro de Sud Radio, Jérôme Laverny, directeur du Réseau national des Mission Emploi, est revenu sur le contenu de la loi Travail et sur les récentes déclarations de Muriel Pénicaud.

Premier test plutôt réussi pour le gouvernement d’Édouard Philippe, la mobilisation anti-loi Travail de ce mardi 12 septembre n’ayant pas été extrêmement forte. Il n’empêche, cette réforme du Code du travail continue de crisper une partie de la société, 57% des Français approuvant par ailleurs le mouvement social qui s’y oppose. Alors que le gouvernement martèle à qui veut l’entendre que cette réforme représente un pas important dans la lutte contre le chômage, Jérôme Laverny, directeur du Réseau national des Mission Emploi, n’est pas du même avis.

"C’est un faux débat"

"Il convient de déconnecter d’une quelconque création d’emplois ces prérogatives de la loi Travail, qu’elles soient bien-fondées ou pas. C’est un faux débat. Elle amélioreront peut-être certaines choses et en optimiseront d’autres, mais s’il s’agit de créer des emplois et lutter contre le chômage, on est complètement hors-sujet, hors-sol", indique-t-il au micro de Sud Radio ce mardi.

Cette loi peut-elle toutefois permettre à la France d’avoir une vraie flexi-sécurité à la française, comme l’a assuré la ministre du Travail Muriel Pénicaud ce mardi ? "Faudrait-il qu’elle l’étaye et qu’elle le prouve… En quoi va-t-il y avoir un développement du télétravail ? Comment va-t-elle procéder ? De quelle façon cela va-t-il s’opérer… ? Attention aux envolées lyriques et aux vœux pieux : "flexi-sécurité", "télétravail", "apprentissage", etc. Tout un tas de projet qui, s’ils ne sont pas étayés par des arguments et des choses pragmatiques et concrètes, restent un petit peu dans le vide", s’interroge-t-il.

"Cette loi a l’énorme inconvénient de crisper sans rien résoudre"

"Je ne suis ni contre ni pour cette loi. Je pense qu’elle a l’énorme inconvénient de crisper – certes sans doute moins de gens que lors de la loi El Khomri – sans rien résoudre. J’entends bien que la chose est rejetée au mois d’octobre où il sera question de formation professionnelle. Il y aura donc peut-être une compensation du côté de la sécurisation des parcours, c’est peut-être ce qu’entend la ministre dans son concept de flexi-sécurité. Pour autant, pour l’instant rien à se mettre sous la dent s’il s’agit de lutter contre le chômage, et attention, des deux points de vue ! À savoir les chercheurs d’emplois mais aussi les chercheurs d’employés ! S’il y avait une loi qui aurait une pertinence et serait sans doute beaucoup plus efficace que ces envolées lyriques, ce serait celle qui s’attacherait à faire en sorte que les entreprises actuellement trouvent des candidats qu’elles ne peuvent pas trouver", préconise-t-il.

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio