La ville de Lacanau s’est doté cette année de drones pour assurer la surveillance des plages. Une initiative déjà menée l’année dernière à Biscarosse. Cet outil vient compléter le dispositif de surveillance humain, explique Laurent Peyrondet, le maire de Lacanau.

Si vous êtes en vacances à Lacanau cette année, vous avez peut-être vu un drone vous survolez sur la plage. Depuis le début de l’été, la ville s’est doté de ces engins pour surveiller les baignades et assurer la sécurité des vacanciers. Deux sauveteurs du poste de secours de la plage de Lacanau ont ainsi été formés au pilotage et grâce aux caméras, ils peuvent observer deux kilomètres de plage.

Capable de lâcher une bouée

Encore en "phase d’expérimentation", ce dispositif permet de "vérifier si un baigneur est en difficulté" et peut également "lâcher une bouée" à laquelle s’accrocher en attendant les sauveteurs, explique Laurent Peyrondet, le maire de Lacanau, invité de Sud Radio, mercredi. Autre avantage de ces drones selon l’édile de la commune : "éviter les conflits d’usage entre les acteurs de la plage", par exemple entre surfeurs et baigneurs.

Si quelques vacanciers se sont bien plaint d’être "surveiller en permanence même sur la plage", selon le maire, ces drones sont aussi un bon moyen de faire de la prévention, assure-t-il. "L’océan Atlantique n’est pas un terrain de jeu habituel surtout quand on ne le connaît pas [...]. Le drone est un objet qui fait le lien" pour permettre d’expliquer comment fonctionne l’océan, ses dangers, et les baïnes. 

Un coût limité

Quand au coût de cet opération, le maire de Lacanau assure qu’il est limité. Si l'engin coûte 20 000 euros, sur le long terme sont utilisation est évalué à seulement "dix centimes" pour "une heure de travail". "Dix centimes, ce n’est rien quand on pense au coût d’un hélicoptère qui se déplace", rappelle-t-il. Laurent Peyrondet compte donc développer à terme ce dispositif. "Dans le futur on aura des jet-skis en mer, des drones sur la plage et l’hélicoptère de la sécurité civile qui permet d’évacuer très vite les victimes vers les hôpitaux"

Et rassurez-vous, pour votre sieste sur la plage, vous ne serez pas dérangés par ces drones quasi-silencieux. Ils font "moins de bruit qu’un avion, moins de bruit qu’un hélicoptère", et même moins de bruits que certains voisins de plages indélicats.

 

>> Retrouvez l'intégralité du podcast de l'interview :

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio