single.php

La RATP veut recruter en masse pour redresser les transports parisiens

La RATP lance pour la deuxième année consécutive une campagne de recrutements ambitieuse pour améliorer le service dans les transports parisiens, en difficulté depuis la pandémie, et surtout, afin d'être en ordre de marche pour les Jeux olympiques.

STEPHANE DE SAKUTIN - AFP/Archives

La RATP lance pour la deuxième année consécutive une campagne de recrutements ambitieuse pour améliorer le service dans les transports parisiens, en difficulté depuis la pandémie, et surtout, afin d'être en ordre de marche pour les Jeux olympiques.

Les usagers le constatent tous les jours: le retour à un niveau de service équivalent à celui de 2019 dans le métro comme le RER tarde à se concrétiser.

Il y a "sans doute eu une perception insuffisante que le monde du travail avait évolué significativement, et donc des recrutements qui se sont avérés insuffisants pour faire face au service qui reprend", a reconnu le PDG de la régie, Jean Castex.

Depuis la nomination de l'ancien Premier ministre en novembre 2022, avec pour feuille de route de redresser la barre dans des transports parisiens en crise, la situation s'est améliorée mais sans revenir totalement au niveau de service attendu, selon les statistiques mensuelles publiées par Ile-de-France Mobilités (IDFM).

Après 6.600 recrutements en 2023, la RATP en vise 5.300 cette année. "Avant la période Covid, on était plutôt sur des moyennes annuelles de 3.500 ou 4.000", a rappelé M. Castex, en déplacement dans le centre de formation des agents de station.

- Objectif fidéliser -

Jean Castex lors d’une table ronde à la Maison de la radio et de la musique à l’occasion de "Demain le Sport", le 19 septembre 2023 à Paris

FRANCK FIFE - AFP/Archives

Ces derniers font justement partie des priorités de la campagne de recrutement actuelle avec un objectif de 900 recrues, dont 600 avant les JO.

"On avait, c'est vrai, beaucoup fait d'économies sur ces postes et on s'aperçoit qu'on est sans doute allé un peu trop loin", a reconnu M. Castex, insistant sur l'importance de ces personnels dans le dispositif d'accueil des touristes pendant les Jeux.

La RATP souhaite aussi poursuivre les embauches massives côté conducteurs, où le manque de personnel et les absences expliquent en partie les problèmes rencontrés dans le bus ou le métro.

En novembre, cinq lignes du métro étaient toujours sous les 85% de régularité aux heures de pointe, en grande partie à cause des problèmes de personnel, selon la présidente d'IDFM, Valérie Pécresse.

La Régie vise donc 320 recrutements dans le métro et 1.350 pour les bus.

Elle assure attirer de nombreux candidats mais "tout l'objectif de la politique de ressources humaines, c'est de fidéliser", a insisté Jean Castex.

Le groupe public, comme d'autres, est confronté à une hausse des démissions imputée par les syndicats aux dégradations des conditions de travail et à la fin du statut avantageux des agents de la RATP.

Le PDG estime lui que depuis la pandémie les contraintes liées au service public des transports - travail de nuit, les week-ends et jours fériés - sont moins bien acceptés. En outre, le prix de l'immobilier en région parisienne accentue ces départs plus massifs qu'auparavant.

- Vingt ans de retard -

Dans une station du métro parisien, le 31 janvier 2023, lors d'un mouvement de grève contre la réforme des retraites

Dans une station du métro parisien, le 31 janvier 2023, lors d'un mouvement de grève contre la réforme des retraites

Christophe ARCHAMBAULT - AFP/Archives

Il souhaite "être beaucoup plus ambitieux en matière de logement pour les salariés", en proposant plus de logements sociaux, mais aussi de "mieux traiter la question de la garde des enfants".

Valérie Pécresse a haussé le ton récemment en demandant de rétablir une offre de transport équivalente à 100% de l'avant-Covid dès mars.

"On ne va pas réduire les colis abandonnés à 0% d'ici la fin mars", a ironisé Jean Castex, qui a rappelé lors de ses voeux leur augmentation de 260% entre 2019 et 2023.

Même si c'était le cas, "nous avons des lignes qui ont du matériel plus vétuste, plus ancien, sur lesquelles comme par hasard, on trouve des performances moindres", a-t-il rappelé pour illustrer la difficulté de sa tâche.

Il a salué les achats de nouveaux métros MF19 décidés par IDFM et attendus pour 2025, mais cette décision a été prise avec "20 ans de retard. Et la seule chose que je ne sais pas faire, c'est remonter le temps", a lâché l'ancien Premier ministre.

Par Antoine GUY / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
12H
11H
10H
09H
07H
04H
23H
22H
21H
20H
19H
Revenir
au direct

À Suivre
/