"La France n’a rien découvert, développé, produit pendant la première année de crise Covid"

Dès mercredi 7 avril, des vaccins contre le Covid-19 sortiront d’usines françaises. Frédéric Bizard, économiste, spécialiste des questions de protection sociale et de santé, auteur de « Et alors la réforme globale de la santé, c’est pour quand ? » (Editions Fauves, 2019), était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 7 février. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Les premiers vaccins vont être produits en France, mais il ne s'agit que de conditionnement. (Loic Venance - AFP)

"Des doses redistribuées à l’échelle européenne"

Peut-on parler d’un vaccin made in France, avec ces premiers vaccins produits en Eure-et-Loir ? "Il faut se féliciter de cette évolution, et féliciter les entreprises choisies par Pfizer et Moderna pour faire de la sous-traitance, estime Frédéric Bizard, économiste, spécialiste des questions de protection sociale et de santé. C’est du conditionnement, on envoie tous les ingrédients produits ailleurs, y compris la matière première, l’ARN messager, que l'on ne contrôle pas en France. C’est un moindre mal."

Est-ce que cela va permettre d’accélérer la vaccination en France ? "Absolument pas, puisque tout cela était intégré dans les plannings, précise l’auteur de « Et alors, la réforme globale de la santé, c’est pour quand ? » (Editions Fauves, 2019). Ce sont des doses qui vont être redistribuées à l’échelle européenne. Elles ne sont pas destinées à la France. Est-ce que cette production fait une politique industrielle pour la production de vaccins en France ? Je ne pense pas."

"La France n’est clairement pas à sa place"

Pourquoi cette production démarre-t-elle avec deux mois de retard sur les prévisions ? "Il faut savoir que ces vaccins ARN messagers n’ont jamais été développés pour des humains. On n’en maîtrisait pas la production de masse. Je pense qu’il faut aller beaucoup plus loin. Je rappelle que l’ARN messager a été découvert en France dans les années 1960, qu’elle a été le pays leader dans le domaine génique dans les années 1990. Nous sommes absents, la France n’a rien découvert, développé, produit pendant la première année de crise Covid. La France n’est clairement pas à sa place. Ou bien l’on accepte d’être durablement déclassé dans la course à l’amélioration médicale."

Pour autant, "ce n’est pas la responsabilité de ce gouvernement, estime Frédéric Bizard. C’est vingt ans de politique pendant lesquels la France a désinvesti dans la recherche médicale, et une industrie qui a raté le virage des biotechnologies. Pour construire un pôle de production complet d’ARN messager, il faut six mois à partir de la reconfiguration d’un site existant et cela coûte 150 millions d’euros. Voilà le meilleur investissement d’avenir que la France devrait faire !"

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.


Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !