single.php

La DGSI appelle les forces de l'ordre à la vigilance sur les "ingérences" russes en France

Dans un contexte géopolitique tendu et à quelques mois des JO de Paris, les services de renseignement intérieur français (DGSI) appellent les forces de l'ordre à faire remonter tous les "signaux faibles" d'ingérences menées par la Russie, après plusieurs actions de ce type à l'échelle européenne.

STEPHANE DE SAKUTIN - POOL/AFP/Archives

Dans un contexte géopolitique tendu et à quelques mois des JO de Paris, les services de renseignement intérieur français (DGSI) appellent les forces de l'ordre à faire remonter tous les "signaux faibles" d'ingérences menées par la Russie, après plusieurs actions de ce type à l'échelle européenne.

Dans une note datée du 14 février et consultée vendredi par l'AFP, la DGSI détaille comment les services de renseignement russes ont mis en place des "modes opératoires alternatifs" en mobilisant des "réseaux de +proxies+ (intermédiaires, ndlr) dans le but de mener des activités d'ingérence".

Ces opérations se traduisent par des "actions subversives" relèvent généralement de "délits de droit commun", poursuit la note, citant en exemple des "graffitis, tags, placardage d'affiches, de stickers, distribution de flyers".

Les messages diffusés lors de ces opérations "visent globalement à amplifier les dissensions et les fractures internes à la société française", en exploitant tout type de sujets, de la "réforme des retraites" à la "prise de position dans le conflit israélo-palestinien" ou au "dénigrement des JO 2024", poursuit la DGSI. Voire à "soutenir ouvertement les intérêts de la Russie" en "dénonçant la politique étrangère de la France, les Etats-Unis ou l'Otan".

"Il n'est pas exclu" que des "actions de nature violente" puissent "être également commanditées", ajoutent les services de renseignement intérieur, évoquant des "menaces ou agressions physiques, notamment à l'encontre de ressortissants ukrainiens ou de dissidents russes".

Des étoiles de David peintes au pochoir dans la nuit sur un immeuble du quartier Alésia, le 31 octobre 2023 à Paris

Des étoiles de David peintes au pochoir dans la nuit sur un immeuble du quartier Alésia, le 31 octobre 2023 à Paris

Geoffroy Van der Hasselt - AFP/Archives

La description de ce type d'opérations rappelle une action, menée fin octobre en France, lorsque des dizaines d'étoiles de David bleues apposées au pochoir avaient été découvertes sur des façades d'immeubles à Paris et en banlieue, suscitant une vive émotion, en plein conflit entre Israël et le Hamas.

Très vite, l'hypothèse d'une opération de déstabilisation s'était imposée. Un couple de Moldaves avait été interpellé et le commanditaire présumé, un homme d'affaires moldave prorusse, identifié.

La France avait condamné en novembre une "ingérence numérique russe", en dénonçant le rôle d'un réseau russe dans "l'amplification artificielle et la primo-diffusion sur les réseaux sociaux des photos des tags" étoiles de David.

- Implication du FSB -

L'opération a depuis été attribuée clairement aux services de sécurité russe.

Des étoiles de David peintes au pochoir dans la nuit sur un immeuble du quartier Alésia, le 31 octobre 2023 à Paris

Des étoiles de David peintes au pochoir dans la nuit sur un immeuble du quartier Alésia, le 31 octobre 2023 à Paris

Geoffroy VAN DER HASSELT - AFP/Archives

Dans un document confidentiel, révélé vendredi par Le Monde et dont le contenu a été confirmé à l'AFP de source proche du dossier, la DGSI assure que cette opération a été pilotée par le "5e département", un service chargé des opérations internationales au FSB.

Cette campagne de désinformation en France était un volet d'une opération d'ingérence plus vaste menée dans plusieurs pays européens et débutée au printemps 2023 en Pologne, détaille ce document, selon Le Monde. Des Moldaves, pilotés à distance par le FSB, y avaient mené des actions de désinformation, de surveillance et de sabotage.

Des manifestations pro-russes et anti-OTAN, relayées sur les réseaux sociaux, avaient aussi été relevées en Espagne en juillet. L'Allemagne, la Roumanie ou l'Autriche, avaient aussi été ciblées par cette opération, toujours selon ce document.

La nouvelle directrice de la Sécurité intérieure, Céline Berthon, le 29 décembre 2023 à Paris

La nouvelle directrice de la Sécurité intérieure, Céline Berthon, le 29 décembre 2023 à Paris

STEPHANE DE SAKUTIN - AFP/Archives

Dans la note du 14 février, signée de la nouvelle directrice de la Sécurité intérieure, Céline Berthon, et adressée aux directeurs de la police nationale (DGPN) et de la gendarmerie nationale (DGGN), ainsi qu'au préfet de police de Paris, la DGSI leur demande de "sensibiliser" les policiers et gendarmes de sécurité publique "susceptibles d'être amenés à traiter ce type de dossiers" et à être attentifs, y compris aux "signaux faibles".

Ces actes sont "généralement commis par des membres des communautés russophones d'Europe de l'Est", détaille la DGSI, précisant que ces personnes peuvent soit séjourner "temporairement" en France, soit y être "installées de longue date, légalement ou illégalement".

Dans ce type d'opérations, un "intermédiaire du réseau donne des instructions précises, voire les moyens logistiques" pour réaliser la mission. Puis, dans le but de "prouver aux commanditaires la bonne exécution des missions, des photographies et vidéos des délits commis peuvent être diffusées sur les réseaux sociaux".

Les exécutants sont "généralement rémunérés à la tâche, en fonction de la difficulté de la mission effectuée", poursuit la DGSI. Le paiement "peut être faible" et "s'effectuer en cryptomonnaies ou en espèces voire en virement bancaire".

Par Tiphaine LE LIBOUX / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
16H
14H
13H
11H
10H
09H
05H
23H
20H
19H
18H
Revenir
au direct

À Suivre
/