La baguette, bientôt inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco?

Le conseil de Paris va examiner cette semaine, selon le JDD, un vœu visant à inscrire la baguette de pain française au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Après la pizza napolitaine, les boulangers français souhaitent inscrire la baguette, spécialité bien française, au patrimoine mondial de l'UNESCO. En janvier dernier, ils avaient reçu le soutien d’Emmanuel Macron. Leur objectif : protéger un des emblèmes de la gastronomie française, un peu délaissé ces dernières années.

Thumbnail

Cette quête de reconnaissance mondiale a été initiée par le président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNPBF), Dominique Anract. En janvier dernier, le président de la république avait soutenu cette candidature : "La France est un pays d’excellence dans le pain parce que la baguette est enviée dans le monde entier. Il faut en préserver l’excellence et le savoir-faire et donc c’est pour cette raison qu’il faut l’inscrire au patrimoine, parce que l’inscrire c’est pas simplement inscrire le nom de la baguette, c’est avec elle inscrire des ingrédients, un savoir-faire et un tour de main."

Alors, la baguette va-t-elle rejoindre la pizza napolitaine au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco ? Ce dimanche 23 septembre, la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNPBF) qui organisait son congrès à Paris a relancé cette requête.

Cette candidature devra être portée auprès du ministère de la Culture, qui pourra ensuite la présenter à l'Unesco. 32 millions de baguettes sont vendues quotidiennement en France. Cette spécialité bien française imaginée dès les années 1920 est devenue un symbole national : "La première chose que font les étrangers qui passent la frontière est d'aller voir la Tour Eiffel et de manger une baguette" a soutenu ce week-end Dominique Anract. Et il a argumenté : "Cette distinction à l'Unesco permettrait de défendre les boulangers traditionnels. On a des atouts dans la boulangerie, dont le fait-maison et le circuit court. Aujourd'hui, on ne sait pas trop d'où viennent les produits avec la grande distribution."