Joëlle Ceccaldi-Raynaud : "je voudrais rétablir la vérité sur la situation de Marie", expulsée de son logement

Joëlle Ceccaldi-Raynaud, maire LR de Puteaux, était "L’invitée de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 3 avril animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Elle apporte des éclairages sur le "dossier" de Marie, 71 ans, sans abri et l'attribution de logements sociaux.

Thumbnail

Joëlle Ceccaldi-Raynaud : "elle peut avoir un toit demain, ça ne dépend que d'elle !"

Marie, 71 ans, obligée de dormir dans sa voiture après avoir été expulsée de son logement, était invitée mardi 2 avril sur Sud Radio. Elle dénonçait notamment les pratiques d'attributions de logement social dans sa commune de Puteaux. D'une façon générale, alors qu'il y a une crise du logement aujourd'hui, parce que les prix n'ont jamais été aussi hauts, c'est difficile d'obtenir un logement social sur sa commune et d'accepter que parfois, certains passent devant. Pour Joëlle Ceccaldi-Raynaud, maire LR de Puteaux, "aujourd'hui à Puteaux, nous avons 19.000 demandeurs de logements en attente, ce qui est énorme.

Je voudrais rétablir la vérité sur la situation de cette personne. En 2018, une proposition lui a été faite, à Vaucresson, sur le contingent préfectoral du fait de son statut d'éligibilité au logement social : premier refus de la part de cette dame. En 2018, nouvelle proposition, cette fois-ci d'un appartement à Puteaux, mais la commission d'attribution s'aperçoit que son dossier n'est pas à jour et l'accompagne, l'aide à remplir son dossier. Elle s'aperçoit d'ailleurs qu'elle est propriétaire d'une maison au Portugal et qu'elle travaille, ce qui est louable, alors qu'elle est la retraite, mais elle doit indiquer la totalité de ses revenus. 

On continue les propositions, toujours un refus, puis il y a quelques jours à Rueil, toujours un refus. Je ne comprends pas, son dossier est suivi, tous les acteurs sont mobilisés autour d'elle. On ne peut pas dire que Puteaux ne suit pas ses dossiers, qu'on n'a pas d'humanité. Aidez-moi à la persuader à accepter un logement, elle peut avoir un toit demain, ça ne dépend que d'elle !"

"Il faut mettre davantage l'accent sur le logement intermédiaire"

Aujourd'hui, avec les prix de l'immobilier qui ont explosé à Paris, à 10.000 euros du mètre carré dans le privé, pour certains ménages, le logement est tellement cher qu'il ne reste plus grand-chose à la fin du mois. "Il faut mettre davantage l'accent sur le logement intermédiaire, qui est un logement à un prix plus bas que celui du privé, que le gouvernement favorise ce logement intermédiaire. La loi Elan a permis quelques avancées, mais il en faut plus.

On n'a plus de foncier dans la région parisienne. Il faudrait peut-être aussi plafonner les loyers, mais il faut en discuter en urgence."

 

Fin de la trêve hivernale : Marie, 71 ans, obligée de dormir dans sa voiture

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !