single.php

JO-2024: en banlieue parisienne, la résistance du "dernier bastion" de migrants

Solomon Baray empoigne un sac cabas fatigué et l'étreint tendrement. Quelques vêtements, une crème hydratante, son récépissé de demande d'asile. Si son squat insalubre devait être évacué, à l'approche des Jeux olympiques de Paris, sa "valise" est prête.

Dimitar DILKOFF - AFP

Solomon Baray empoigne un sac cabas fatigué et l'étreint tendrement. Quelques vêtements, une crème hydratante, son récépissé de demande d'asile. Si son squat insalubre devait être évacué, à l'approche des Jeux olympiques de Paris, sa "valise" est prête.

Cela fait quelques mois que l’Érythréen de 27 ans, barbe déjà poivre et sel, vivote dans ces bureaux désaffectés de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), en pleine zone industrielle, où ont trouvé refuge plus de 400 Africains sans-abri, acculés par les fermetures successives de lieux de vie informels à six mois des JO-2024 (26 juillet-11 août).

Sous le faux-plafond partiellement éventré, un dédale de couloirs striés par les câbles électriques, envahis d'électroménager, de mousses de matelas et de vêtements étendus, où diffuse l'odeur de repas mijotés sur des réchauds parfois posés sur le sol carrelé.

"C'est mieux que d'être dehors", commente Solomon Baray, appuyé contre l'encadrement de sa porte.

On y tombe malade de douches glacées, raconte-t-il de retour des urgences, en ce vendredi de janvier balayé par des températures négatives.

Quitter ce lieu, où "on vit comme des animaux", oui. "Mais pour aller où ?"

C'est la question qu'une délégation d'habitants, accompagnée d'associations et d'élus LFI, a posée à la préfecture du Val-de-Marne, qui a entamé une procédure d'expulsion.

- Surpeuplé -

Sollicitée par l'AFP, la préfecture n'a pas souhaité répondre, mais ses interlocuteurs assurent avoir obtenu la garantie d'un sursis jusqu'à avril.

Un homme remplit sa demande d'asile, dans un immeuble de bureaux désaffecté squatté par 400 personnes sans logis, à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), le 19 janvier 2024

Un homme remplit sa demande d'asile, dans un immeuble de bureaux désaffecté squatté par 400 personnes sans logis, à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), le 19 janvier 2024

Dimitar DILKOFF - AFP

"Ce n'est pas un hasard si les squats majeurs sont expulsés un par un ces derniers mois. C'est totalement lié aux JO. Vitry, c'est le dernier bastion où les migrants à la rue peuvent se replier", observe Paul Alauzy, porte-parole du collectif associatif "Revers de la médaille", qui dénonce le "nettoyage social" de l'Ile-de-France en vue de l'événement sportif.

Des accusations qui n'ont "pas de sens", pour la préfecture de la région d'Ile-de-France. Mais pour les associations, la manœuvre est bien avancée, entre les personnes transférées en province lors des évacuations des campements de rue, les foyers de travailleurs immigrés évincés et les squats proches des sites olympiques fermés.

Fin avril 2023, les autorités ont évacué le plus grand squat de l'époque, l'ancien siège désaffecté d'Unibéton sur L'Ile-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), à proximité du futur village des athlètes.

Depuis, une partie des 500 migrants qui y vivaient ont gonflé les bureaux de Vitry-sur-Seine, où la population a doublé. Les derniers arrivés s'entassent jusque sous les escaliers.

"Doubler la population, ça complique absolument tout" dans ce lieu surpeuplé, au réseau électrique capricieux, où la tension peut vite monter, convient Jhila Prentis, bénévole chez United migrants, réseau militant qui a "ouvert" le lieu.

L'épée de Damoclès des JO rend le climat "anxiogène", explique-t-elle: "Ils (la préfecture) veulent expulser les gens. La question c'est comment ils vont être relogés, parce qu'on a vu avec le squat de L'Ile-Saint-Denis que beaucoup se sont retrouvés ici pour avoir un toit sur la tête".

- "Prison" -

Abdel, qui a refusé de donner son nom, fait partie des transfuges. "A Unibéton, quand on nous a demandé de partir, on a dit +ok+, c'est à côté du village (olympique). Mais ici on est à 20 kilomètres !", peste le Tchadien.

Une femme migrante dans un squat menacé d'expulsion à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), le 19 janvier 2024

Une femme migrante dans un squat menacé d'expulsion à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), le 19 janvier 2024

Dimitar DILKOFF - AFP

"On vit avec l'inquiétude", résume une Ivoirienne de 25 ans, qui a requis l'anonymat. Sa "peur": renouer avec les nuits sous les ponts de Paris accompagnée de sa fille, désormais scolarisée à Vitry-sur-Seine.

"J'appelle le 115 (numéro d'urgence dédié aux sans-abri, Ndlr) tout le temps. On me dit +courage+, mais on ne me donne rien", marmonne-t-elle, tête baissée sur son boubou.

"C'est la galère", confirme le Tchado-Soudanais Ahmed Ali, 25 ans, en faisant sa vaisselle sur un point d'eau à l'extérieur du bâtiment. Par -3 degrés, le jet d'eau lui "brûle les doigts".

Accroupi en claquettes, jogging relevé à mi-mollets, cet aide-manœuvre dans le bâtiment, qui a toujours connu les campements depuis son arrivée en France il y a deux ans, confie le surnom qu'il donne au squat: "la prison".

Abdul Brahim Oumar est moins sévère. Présent depuis l'ouverture mi-2021, le manutentionnaire tchadien de 26 ans s'est attaché au lieu, dont il s'est autoproclamé "représentant".

Il reçoit en tenue traditionnelle et calotte dans la "chambre" la mieux décorée, avec écran plat et réfrigérateur: "Oui, ils ont besoin de bâtiments. Mais est-ce qu'ils vont organiser les Jeux olympiques dans ce bâtiment ? Je ne pense pas. On ne gêne personne ici !"

Par Shahzad ABDUL / Vitry-sur-Seine (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
23H
22H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/