Jean-Noël Boisselot : "Supprimer trop de petites lignes créerait des déserts ferroviaires"

Jean-Noël Boisselot, vice-président de l'association "Urgence Ligne POLT" (Association qui fédère les organisations locales et autres collectivités en faveur de la promotion et du développement de l’axe ferroviaire Paris-Orléans-Limoges-Toulouse) était ce vendredi l'invité de Patrick Roger dans le Grand Matin Sud Radio.

Thumbnail

Le rapport Spinetta qui préconise une refonte totale de la SNCF, avec notamment la remise en cause du statut des cheminots, n'en finit plus de faire parler. L'une des orientations soutenues prévoit également la fermeture des petites lignes ferroviaires. Une mesure loin de faire l'unanimité.

"L'irrigation du territoire va complètement être abandonnée"

Pour Jean-Noël Boisselot, vice-président de l'association "Urgence Ligne POLT" (Comprenez Paris-Orléans-Limoges-Toulouse), une telle décision serait problématique pour certaines régions. "Si l'on supprime 5 000 km de lignes sur le réseau français, on va avoir une irrigation du territoire qui va être complètement abandonnée", déplore-t-il dans un premier temps. "La ligne POLT comporte 6 carrefours ferroviaires - Orléans, Vierzon, Limoges, Brives, Montauban et Toulouse (...) et après vous avez ce que l'on appelle 'les lignes capillaires', qui sont menacées par le rapport Spinetta, et qui relient par exemple Limoges à Lucelle, Limoges à Périgueux, Brives à Figeac-Rodez etc...", explique-t-il ensuite avant de prévenir : "On aurait vraiment un affaiblissement du trafic puisque si ces lignes sont fermées, comme le préconise le rapport, on va avoir automatiquement une diminution de la clientèle sur l'axe principal de la ligne POLT".

"Le problème de ces lignes, c'est qu'il y a eu un entretien insuffisant qui a engendré des problèmes de sécurité. À un moment donné, le niveau de sécurité était tel que la SNCF - l'État - a fermé ces lignes. On en est rendu maintenant à des sections de voie qui sont ramenées à 60 ou 40km/h, ça n'avance plus ! Le bus devient à ce moment-là plus performant", poursuit-il par ailleurs. "Il ne faut pas oublier quand même que le transport ferroviaire est l'un des transports les plus sûrs, au point de vue sécuritaire et je pense que les Français, par nature, sont très attachés à ce mode de transports", tient-il à rappeler.

"Dans le rapport Spinetta, il y a des choses qui sont bonnes, des choses moins bien, mais supprimer trop de petites lignes créerait des déserts ferroviaires", conclut-il.

>> Retrouvez l'intégralité du podcast de l'interview :