Insécurité : quatre maires des environs de Bordeaux appellent l’Etat à l’aide

Jean-François Egron, maire de Cenon (33), vice-président de Bordeaux Métropole, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 21 janvier. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Faudrait-il interdire, ou au moins réguler, la vente de mortiers d'artifices, désormais tirés contre la police par les trafiquants de drogue ? (© AFP)

Avec trois autres maires de la rive droite de Bordeaux, Jean-François Egron, maire de Cenon (33), vice-président de Bordeaux Métropole, a lancé un appel à l’aide à l’Etat.

 

"Le trafic de drogues est en train de s’enkyster"

"Nos quatre communes de la rive droite, qui ont entre 40 et 50% de logements sociaux, se battent depuis près de 30 ans pour changer l’image de banlieue difficile qui leur colle à la peau. On a, au travers des opérations de renouvellement urbain, l’arrivée du tramway, la construction d’aménagements culturels et sportifs, changé cette image. Et puis, depuis quelques temps, des incivilités se concentrent dans les entrées d’immeubles. Le trafic de drogues est en train de s’enkyster."

En plus de cela, "depuis plusieurs mois, des tirs quotidiens de mortiers pèsent sur le moral de la population. Je rends hommage à la Police Municipale et à la Police Nationale qui subissent ces tirs de mortiers à hauteur d’homme." Qui est à l’origine de ces tirs ? "Dans toutes les banlieues, nous avons un certain nombre de jeunes, décrypte Jean-François Egron. Nous avons 25.000 habitants dans la commune, mais on parle d’un groupe de 30 à 40 personnes qui pourrissent la vie à tout le monde. Ils sont activés par le trafic de drogues."

 

"Nous demandons le retour de la police de proximité"

Comment intervenir ? "Les quatre communes qui subissent les mêmes choses demandent le retour de police de proximité, qui connaît les quartiers et les affaires, insiste le maire de Cenon (33), également vice-Président de Bordeaux Métropole. Elle a prouvé son efficacité. Des moyens supplémentaires adaptés permettraient de régler rapidement ce qui se passe, car c’est extrêmement lourd. Il faut aussi trouver des réponses judiciaires adaptées."

"Enfin, Vous avez des semi remorques de mortiers qui arrivent ! C’est quand même fantastique que la vente et la distribution de ces mortiers puisse se faire de façon visible, libre, sans que rien ne soit fait. Nous demandons que l’Etat, le pouvoir législatif, intervienne sur ce sujet, que seules des sociétés identifiées soient en mesure d’en acheter et d’en vendre."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !