Inondations à Agen : "J'ai eu peur de me faire électrocuter !"

Un déluge s’est abattu mercredi 8 septembre sur Agen et ses environs. En deux heures, il est tombé l’équivalent de deux mois de précipitations, avec des hauteurs d’eau allant jusqu’à deux mètres dans certaines rues.

Un déluge s’est abattu mercredi 8 septembre sur Agen et ses environs. © AFP

Reportage auprès des sinistrés de Franck Longueville pour Sud Radio

 

Inondations à Agen : "J'ai eu peur de me faire électrocuter, parce qu'il y avait encore le courant et tout était branché..."

Jeudi 9 septembre au réveil, les habitants d'Agen étaient encore sonnés et incrédules. "J'ai perdu mon réfrigérateur, mon lit et beaucoup d'électroménager, explique Laure, âgée de 20 ans. Elle a eu très peur : "ça s'est passé très vite, j'étais sur mon canapé et d'un seul coup j'avais les pieds dans l'eau !, raconte-t-elle. J'ai eu peur de me faire électrocuter, parce qu'il y avait encore le courant et tout était branché..."

Laura peut compter sur l'aide d'un ami venu lui prêter main forte : "le sol est couvert de boue", se désole-t-il. Son voisin Bertrand avait aménagé au rez-de-chaussée de son logement un espace cosy et chaleureux pour recevoir ses amis. Le mobilier abîmé par l'eau est devenu inutilisable, mais il préfère rester positif : "tôt ou tard, avec de l'huile de coude, ça va revenir à la normale !, assure-t-il. J'ai l'impression que dans la rue, tout le monde est positif, au final, tout le monde le prend plutôt bien", estime-t-il.

 

"En quelques dizaines de minutes, l'eau est montée subitement et on n'a rien pu faire"

Yannick Boyer, qui vit dans l’une des rues les plus impactées par les intempéries, a quant à lui été surpris par la violence et la puissance de cet orage. Son garage et le hall d’accueil de sa maison ont été complètement inondés et les dégâts matériels sont très importants. "Je m'étais préparé à une éventuelle inondation sur le quartier, mais plutôt due à une crue de Garonne, confie-t-il. Or, une crue monte progressivement, là on est dans une logique complètement inverse : en quelques dizaines de minutes, l'eau est montée subitement et on n'a rien pu faire, ne serait-ce que surélever les meubles".

"On a cherché à se contacter les uns les autres après l'orage pour savoir si tout le monde était sain et sauf, on a été rassuré !"

 

 

Place maintenant à la déclaration de sinistre auprès des assurances. Pour accélérer les procédures d'indemnisation, la ville d’Agen a demandé la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle.