"Il faut que l'hôpital se concentre sur son rôle qui est l'hospitalisation"

Alors que le président du conseil national de l’Ordre des médecins tire la sonnette d’alarme sur l’état actuel du système de santé français, l’heure est aujourd’hui à la mobilisation pour les professionnels. Avec certaines pistes de réflexion déjà bien avancées.

Thumbnail

"L’accès au soin pour tous n’est pas garanti". Dans les colonnes du JDD, Patrick Bouet, président du conseil national de l'Ordre des médecins et auteur du livre Santé, explosion programmée, ne prend pas de détour pour évoquer la situation actuelle du système de santé en France. Demandant au gouvernement une réforme "globale" du système, il décrit notamment "des professionnels de santé exaspérés, des patients qui s'inquiètent, des déserts médicaux et des acteurs politiques locaux qui ne comprennent plus les problématiques".

Jean-Paul Hamon, président de la fédération des médecins de France, confirme au micro de Sud Radio l’état d’urgence actuel. "Il faut que l’hôpital se concentre sur son rôle qui est l’hospitalisation, qu’on cesse d’utiliser le personnel hospitalier pour des consultations épuisantes pour le personnel, qui serait bien plus utile dans les services, et que les services d’urgence cessent d’accueillir des pathologies qui n’ont strictement rien à y faire. Je rappelle qu’il y a 15 millions de passages aux urgences qui pourraient être effectués en ville, si on donnait les moyens à la médecine de ville d’accueillir correctement les patients, de travailler avec des personnels et d’accueillir les internes pour qu’ils n’aient plus peur de s’installer", déclare-t-il.

"L’ancien système de santé est à bout de souffle"

L’une des solutions pourrait passer par le développement des maisons de santé pluri-professionnelles, souvent présentées comme des alternatives à la désertification médicale. Le pôle de santé des Millesoins, près du plateau des Millevaches (Corrèze), est l’une des premières structures du genre à avoir vu le jour dans le pays. Selon son coordinateur Antoine Prioux, il faut clairement miser sur ce genre de modèle. "C’est l’ancien système de santé, tel qu’il a été conçu, qui est à bout de souffle, mais il y a des solutions. Les solutions, c’est l’innovation organisationnelle. Les maisons de santé et cet état d’esprit de travailler en équipe, c’est une innovation organisationnelle ! C’est-à-dire que les médecins, les infirmiers, les kinés et les pharmaciens travaillent ensemble. On a des groupes qui mettent en place des actions de santé publique, et cet environnement de travail permet déjà d’être interactif vis-à-vis de jeunes médecins, et de mieux prendre en charge certaines pathologies complexes. Tout ceci à l’échelon d’un territoire afin de conserver cette notion de solidarité dans notre système de santé", souligne-t-il.

Propos recueillis par Rémi Vallez