single.php

Guyane: l'Etat assigné en justice pour "carences fautives" dans la lutte contre l'orpaillage illégal

Six associations ont annoncé mercredi avoir déposé devant le tribunal administratif de Cayenne un recours contre l'Etat pour dénoncer ses "carences fautives" dans la lutte contre l'exploitation illégale de l'or en Guyane, un fléau aux impacts environnementaux, sanitaires et sociaux désastreux.

jody amiet - AFP/Archives

Six associations ont annoncé mercredi avoir déposé devant le tribunal administratif de Cayenne un recours contre l'Etat pour dénoncer ses "carences fautives" dans la lutte contre l'exploitation illégale de l'or en Guyane, un fléau aux impacts environnementaux, sanitaires et sociaux désastreux.

"L'orpaillage illégal empoisonne la Guyane depuis au moins trente ans. Notre ras-le-bol conduit au dépôt de ce recours par lequel nous demandons l'indemnisation des victimes", a dénoncé devant la presse Michel Aloïké, le chef du village amérindien de Taluen (sud), une région particulièrement impactée par l'orpaillage illégal.

Six associations, Wild Legal, la Coopération des organisations des peuples autochtones (CEPA) de Guyane, Guyane solidarité, l'Association des victimes du mercure du Haut Maroni, Maiouri nature Guyane et la Jeunesse autochtone de Guyane portent ce recours.

Un gendarme examine des installations du village d'orpailleurs illégaux du site de Dorlin, lors de son démantèlement en Guyane en juin 2004

Un gendarme examine des installations du village d'orpailleurs illégaux du site de Dorlin, lors de son démantèlement en Guyane en juin 2004

- GENDARMERIE NATIONALE/AFP/Archives

Elles espèrent obtenir la reconnaissance des préjudices environnementaux et sanitaires de l'orpaillage illégal et l'indemnisation de ses victimes.

"Notre action en justice va plus loin que la reconnaissance d'un préjudice écologique car elle demande que les droits fondamentaux humains soient reconnus comme liés à la bonne santé du milieu de vie", précise à l'AFP Marine Calmet, présidente de Wild Legal.

"L'Etat a une obligation de vigilance environnementale, de respect de ses engagements internationaux sur l'éradication du mercure mais aussi de protection de la santé publique. Et aujourd'hui, les moyens ne sont pas à la hauteur", poursuit-elle.

Principalement originaires du Suriname et du Brésil voisins, les chercheurs d'or clandestins seraient entre 6.000 et 8.000, répartis sur 300 chantiers illégaux et 100 sites primaires, selon la préfecture de Guyane, qui estime que près de 10 tonnes d'or sont extraites illégalement chaque année contre une tonne pour la filière légale.

Un flanc de montagne ravagé près du village d'orpailleurs illégaux du site de Dorlin en juin 2004 en Guyane

Un flanc de montagne ravagé près du village d'orpailleurs illégaux du site de Dorlin en juin 2004 en Guyane

- GENDARMERIE NATIONALE/AFP/Archives

Pour extirper le minerai, les orpailleurs rasent des centaines d'hectares de forêt par an et utilisent des lances à eau à haute pression qui ravagent les sols et génèrent des quantités importantes de boue polluantes - 7.000 tonnes par jour d'après Wild Legal.

L'utilisation massive du mercure, interdit en France depuis 2006, empoisonne en outre sols, rivières et humains, via la chaîne alimentaire. Treize tonnes de ce métal lourd responsable de troubles neurologiques seraient rejetées chaque année dans le milieu naturel.

- 1.000 patrouilles par an -

"Nos enfants naissent avec des malformations, ou muets. Le peuple Wayana est en train de mourir", s'est indignée auprès de l'AFP Linia Opoya, une habitante de Taluen contaminée par le mercure et requérante dans la procédure judiciaire.

Des militaires du 9e RIMA et des gendarmes lors d'une démonstration d'interception de pirogue clandestine, le 16 avril 2009

Des militaires du 9e RIMA et des gendarmes lors d'une démonstration d'interception de pirogue clandestine, le 16 avril 2009

JODY AMIET - AFP/Archives

La préfecture de Guyane, elle, estime déployer des moyens considérables pour lutter contre l'orpaillage illégal et se dit "pleinement engagée dans la lutte depuis le début des années 2000".

En 2022, les autorités ont mené plus de 1.000 patrouilles et saisi 59 kg de mercure et 5 kg d'or, selon la préfecture.

Au quotidien, 300 gendarmes et militaires sont mobilisés en forêt dans le cadre de l'opération Harpie, lancée en 2008 et qui a permis, selon la préfecture, de "contenir le phénomène et d'en interdire le développement industriel constaté dans les pays limitrophes".

Les autorités misent sur la destruction des moyens de production des orpailleurs mais le prix du gramme d'or, passé de 30 euros en 2019 à 60 euros aujourd'hui, et la facilité avec laquelle ils se réapprovisionnent en matériel auprès de comptoirs de la rive surinamaise du fleuve frontalier Maroni rendent les chantiers rentables malgré la pression de l'armée.

Des orpailleurs illégaux interpellés par la gendarmerie lors du démantèlement de leur village d'exploitation aurifère clandestin en juin 2004 en Guyane

Des orpailleurs illégaux interpellés par la gendarmerie lors du démantèlement de leur village d'exploitation aurifère clandestin en juin 2004 en Guyane

- GENDARMERIE NATIONALE/AFP/Archives

Selon Pascal Vardon, directeur du Parc amazonien de Guyane (PAG), le facteur-clef de la lutte est "le réapprovisionnement des sites illégaux, les bases logistiques".

"On ne peut pas avancer sans coopération avec le Suriname où il n'y a pas de loi claire sur l'orpaillage et l'utilisation du mercure. Là-bas, l'orpaillage est débridé", a-t-il expliqué à l'AFP.

La dernier survol des chantiers illégaux mené en août par le PAG a répertorié 143 sites d'orpaillage dont 95% dans l'Ouest de la Guyane, plus proche du Suriname.

gr/tbm/pa/dch

Par Guillaume REUGE / Cayenne (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
14H
13H
12H
11H
10H
09H
08H
Revenir
au direct

À Suivre
/