Grève: les professionnels des métiers de bouche tirent la langue, "une catastrophe"

En ce 15è jour de grève, les commerçants tirent la langue ! Particulièrement les professionnels des métiers de bouches : bouchers, charcutiers, traiteurs, fromagers. Dans ce secteur, Noël représente la plus grosse période d’activité. Mais cette année, c’est très difficile, surtout en Île-de-France où les transports sont toujours très perturbés.. L’heure n’est pas à la fête.

MonikaP / Pixabay
Reportage Sud Radio de Clément Bargain

 

Cette petite épicerie italienne est quasiment vide depuis deux semaines. Christina, la gérante n’a jamais vu ça: "avec les grèves, ça se passe super mal ! Une catastrophe. D'habitude, on me commande des panneton, des tiramisu... Là, rien du tout !". Très peu de clients également chez Maxime, qui vend des produits du terroir: "de 19h à 20h, j'ai eu deux clients à cinq euros... ça ne fait pas tourner le commerce !"  Les fêtes de fin d’année, c’est la période la plus importante pour les professionnels des métiers de bouche mais cette année, les clients sont préoccupés explique Christelle, qui tient une boucherie traiteur: "J'en ai plein qui sont indécis, qui ne savent pas s'ils seront neuf ou quatre... Ils ne savent pas du tout, tout le monde est perdu. L'atmosphère n'est pas du tout à la fête. Les sujets de conversation, c'est les manifs, la grève... Les gens en ont marre, ils sont épuisés"

La fête est aussi gâchée pour Gérard. Ce boucher est obligé de réduire ses stocks: "au lieu d'acheter des grosses pièces comme des poulardes, des chapons, ils achèteront des petites portions puisqu'au lieu de se retrouver à une petite dizaine, ils vont se retrouver à deux ou trois, parce qu'ils iront pas retrouver leur famille. ça ne sera pas les mêmes achats. Ce qui est perdu, on aura du mal à le retrouver !"  Certains établissements enregistrent 80 % de pertes de chiffre d’affaires.

"C'est quand-même à peu près 30% de pertes ! Si on n'a pas le chiffre d'affaire pour pouvoir tout payer, il y a beaucoup de gars qui arrêteront"  - Gérard Galopin, boucher dans le 15e arrondissement de Paris