Gilets Jaunes et Débat national : les jeunes se sentent-ils concernés ?

"C'est votre monde que l'on prépare...". Voici l'appel lancé jeudi 7 février à Étang-sur-Arroux par Emmanuel Macron aux jeunes, lors d'une rencontre pour encourager les jeunes à participer au Débat national. Mais parmi les 15-18 ans, on suit l’actualité, et entre les Gilets Jaunes et le Président, difficile de faire son choix. Charles Bonnaire de Sud Radio était sur place.

Thumbnail

Gilets Jaunes : "un jour je serai concerné !"

Thiago est en terminale. Ses parents soutiennent les Gilets Jaunes, il comprend donc les raisons de la manifestation : "mon père dépense à peu près environ 300 euros par mois d'essence. Pour l'instant, je ne suis pas concerné, mais un jour, je serai concerné !"

Renaud, autre élève de ce lycée professionnel, comprend lui aussi les Gilets Jaunes, mais pour lui, ils sont trop exigeants, même face aux annonces d’Emmanuel Macron : "il a dit qu'il allait faire des réformes pour aider les gens, mais, même s'il continue à faire des efforts, les gens en ont rien à faire, ils veulent toujours plus, toujours plus d'argent. Mais comment voulez-vous qu'on donne encore de l'argent aux gens ? C'est impossible !"

Débat national : "on ne va pas nous écouter"

Pour stopper les manifestations, le gouvernement a lancé un débat national. Mais pour Bruno, les jeunes n’y ont pas leur place : "on ne va pas nous écouter, car il n'écoute pas assez les personnes. Ça rentre dans une oreille, ça ressort de l'autre..."

À la veille du 13e acte, aucun d’entre eux n’ira dans la rue, tous principalement par crainte des casseurs : "ce que je veux, c'est qu'ils arrêtent de casser, ça fait peur à tout le monde".

Même s'ils ne manifestent pas, le sujet des Gilets Jaunes revient souvent dans leurs discussions.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !