single.php

Gabriel Attal entre à Matignon au nom de "l'audace et du mouvement"

Gabriel Attal est devenu mardi à 34 ans le plus jeune Premier ministre de l'Histoire de la République, promettant d'emblée "audace" et "mouvement" à Emmanuel Macron et s'attelant presque immédiatement à la constitution de ses équipes.

Ludovic MARIN - AFP/Archives

Gabriel Attal est devenu mardi à 34 ans le plus jeune Premier ministre de l'Histoire de la République, promettant d'emblée "audace" et "mouvement" à Emmanuel Macron et s'attelant presque immédiatement à la constitution de ses équipes.

Le président de la République a reçu mardi soir son nouveau Premier ministre, sur qui il compte pour relancer un quinquennat en quête perpétuelle de souffle. Les deux têtes de l'exécutif ont "la volonté d'aller vite" dans la formation du nouveau gouvernement, a-t-on fait savoir dans l'entourage présidentiel.

En attendant, le Conseil des ministres prévu mercredi est reporté.

Quasi-certitude du casting, Gérald Darmanin devrait rester au ministère de l'Intérieur. "Gérald Darmanin a eu un échange avec le président qui lui a redit sa confiance: il est assuré de rester à Beauvau comme il le souhaitait", a appris l’AFP mardi soir de source proche du ministre.

L'actuel directeur du Trésor et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Emmanuel Moulin, est de son côté pressenti pour devenir le directeur de cabinet du nouveau Premier ministre, selon une source proche de l'exécutif.

Emmanuel Macron a vanté l'"énergie" de Gabriel Attal pour mettre en oeuvre son "projet de réarmement et de régénération" du pays. Après les divisions qui ont agité la macronie sur la loi sur l'immigration, et les critiques sur une dérive droitière, il lui a demandé d'être "dans la fidélité à l'esprit de 2017: dépassement et audace".

Comme en écho, le nouveau Premier ministre a vu dans sa nomination un triple "symbole": de "l'audace", du "mouvement, et de la "confiance (...) accordée à la jeunesse".

- "Dépassement" -

"J'aurai l'objectif de garder le contrôle de notre destin et libérer notre potentiel français", a-t-il déclaré, ému et grave, lors de la passation de pouvoir à Matignon avec sa prédécesseure Elisabeth Borne, après être arrivé à pied depuis le ministère de l'Education nationale, où il n'aura passé qu'un peu plus de cinq mois.

Il a assuré que la "cause de l'école" demeurerait la "mère de nos batailles".

La longévité des Premiers ministres

La longévité des Premiers ministres

Valentin RAKOVSKY, Paz PIZARRO - AFP

C'est "un choix de retour aux sources du macronisme" de "dépassement" du clivage droite-gauche, glisse-t-on dans l'entourage du chef de l'Etat. Ce dernier, qui ne peut constitutionnellement pas se représenter en 2027, "assume la responsabilité de la promotion et de la formation de cette génération Macron".

Le populaire ministre de l'Education nationale sortant, qui devient aussi le premier chef de gouvernement ouvertement homosexuel, a donc succédé à Elisabeth Borne, contrainte lundi à la démission après vingt mois à Matignon.

Elle a fait savoir qu'elle occuperait le siège de députée du Calvados gagné en 2022, et s'est targuée d'avoir "tenu sans trembler le cap fixé par le président".

Dans la foulée, Gabriel Attal a pris la route pour le Pas-de-Calais frappé par les inondations pour son premier déplacement. "Personne ne va vous oublier", a-t-il promis aux sinistrés de la petite commune de Clairmarais, leur exprimant la "solidarité" de la nation.

- "Monarque présidentiel" -

Gabriel Attal, alors ministre de l'Education nationale, devant l'Assemblée nationale à Paris, le 19 décembre 2023

Gabriel Attal, alors ministre de l'Education nationale, devant l'Assemblée nationale à Paris, le 19 décembre 2023

JULIEN DE ROSA - AFP/Archives

Alors que M. Attal recevait les "félicitations" du chancelier allemand Olaf Scholz, les oppositions se sont immédiatement déchaînées.

"Les Français ne peuvent rien espérer" de Gabriel Attal, a lancé la cheffe des députés du Rassemblement national, Marine Le Pen, tandis que le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a raillé un simple "porte-parole". "La fonction de Premier ministre disparaît. Le monarque présidentiel gouverne seul avec sa cour", a-t-il dit.

Le délai entre la démission de Mme Borne et la nomination officielle avait alimenté les spéculations sur d'éventuelles résistances internes face à l'ambitieux promu, qui pourrait faire de l'ombre à d'autres prétendants à la succession de M. Macron.

Bruno Le Maire l'a tardivement félicité ce mardi, saluant sa "force" en le tutoyant dans un tweet assorti d'une photo où il met une main presque paternelle sur son épaule.

Julien Denormandie, alors ministre de l'Agriculture (d), et Sébastien Lecornu, alors ministre des Outre-mer, devant le palais de l'Elysée à Paris, le 16 mars 2022

Julien Denormandie, alors ministre de l'Agriculture (d), et Sébastien Lecornu, alors ministre des Outre-mer, devant le palais de l'Elysée à Paris, le 16 mars 2022

Ludovic MARIN - AFP/Archives

"Le macronisme, c'est aussi d'être contre toutes les rentes et les prés carrés", a soufflé un conseiller de l'exécutif.

Le retard a aussi pu être lié à la difficile recherche d'équilibres, alors que plusieurs voix appellent à resserrer l'équipe gouvernementale qui compte aujourd'hui 39 membres.

- "Continuer le combat" -

Monté ces derniers mois sur le podium des personnalités politiques préférées des Français, Gabriel Attal sera cependant confronté au même obstacle que sa prédécesseure: l'absence de majorité absolue à l'Assemblée nationale.

Il hérite, en outre, des divisions qui ont surgi dans le camp présidentiel avec la loi sur l'immigration soutenue par l'extrême droite, quelques mois après une adoption dans la douleur de l'impopulaire réforme des retraites.

Pour le constitutionnaliste Benjamin Morel, M. Attal est le signe d'une "stratégie très offensive en vue des élections européennes" de juin, où l'extrême droite est donnée gagnante en France.

M. Macron avait salué le 20 décembre chez son jeune ministre un responsable politique qui l'accompagne "depuis le début" et qui a "l'énergie, le courage" pour "porter les réformes" à venir, voire, tel un héritier, "continuer le combat".

bur-are-fff-jmt/hr/juf

Par Anne RENAUT, Francesco FONTEMAGGI / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
22H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/