Fraude sur les vins : "On a compris que quelque chose n'allait pas"

Des millions de bouteilles de vin espagnols ont été maquillées en vin français
Des millions de bouteilles de vin espagnols ont été maquillées en vin français PETER FOREST / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Invité Sud Radio. Frédéric Rouanet, président du syndicat des vignerons de l’Aude, était en direct sur Sud Radio pour nous parler de la fraude massive concernant du vin : des producteurs espagnols auraient maquillé des bouteilles de vins pour qu’elles apparaissent comme françaises.

 

C’est une fraude gigantesque que vient de dévoiler la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) : des millions de bouteilles de vin espagnol ont été maquillés en vin français. Une véritable tromperie pour le consommateur, mais également pour les vignerons français, spoliés par quelques collègues espagnols. Frédéric Rouanet, le président du syndicat des vignerons de l’Aude explique au micro de Sud Radio comment cette arnaque a été mise en place : "Ils se servent de l’image du vin français et de la bouteille et bien que les règles sur l’étiquetage soient assez strictes, ils ont réussi à faire passer du liquide espagnol dans un emballage à consonance française". Et malgré l’ampleur et la durée de cette fraude, Frédéric Rouanet ne s’avoue pas surpris : "On a été les précurseurs dans cette enquête de la DGCCRF. On voyait le double des camions habituels traverser la frontière. C’est là qu’on a compris que quelque chose n’allait pas".

Cafés, restaurants, supermarchés, tous sont tombés dans le piège de manière volontaire ou non. Pourtant, les producteurs espagnols ne s’en cachaient pas :  "Il faut bien regarder les étiquettes et les contre-étiquettes (derrière la bouteille), souvent il y a marqué "vin espagnol" en tout petit. Pour les cubis généralement, c’est inscrit en dessous" explique Frédéric. Pour ne pas se faire avoir, il faut donc rester vigilant et ne pas se fier aux formules type "Mis en bouteille en France" qui n’indique pas du tout que le vin est français.

"Pour lutter contre cette fraude qui nous pénalise, on essaye de faire avancer la législation avec les parlementaires. On a également une réunion trimestrielle avec la DGCCRF qui nous informe des comptes-rendus de leurs contrôles, et on demande aussi au gouvernement d’augmenter leurs effectifs. Dans le Languedoc-Roussillon, ils ne sont que six agents de la DGCCRF ! Six pour mener cette enquête !" ajoute Frédéric Rouanet qui espère que ce genre de fraude à grande ampleur n’arrivera plus.

Consommateurs, consommatrices, vous êtes prévenus ! Rosé, vin blanc ou vin rouge, ne vous fiez pas aux apparences d’une étiquette si vous souhaitez consommer local.

 

>>> Retrouvez l'interview intégrale de Frédéric Rouanent 

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio