Faut-il prendre de la vitamine D pour lutter contre le Covid-19 ?

Le professeur Jean-Claude Souberbielle, médecin spécialiste de la vitamine D, ancien responsable du laboratoire d’hormonologie à l'hôpital Necker-Enfants malades (Paris), était l’invité de Patrick Roger le 20 janvier dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

La vitamine D ne remplace pas la vaccination mais aide à éviter les formes graves de Covid-19. (Fred Tanneau - AFP/Archives)

73 médecins spécialistes et six associations de médecins viennent d’appeler à donner de la vitamine D à la population française pour lutter contre le Covid-19. Selon eux, sans remplacer la vaccination, supplémenter l’ensemble de la population française en vitamine D de façon préventive pourrait "contribuer à réduire l’infection par le Sars-CoV-2 ainsi que le risque de formes graves de Covid-19, de passages en réanimation et de décès".

 

"Réduire les risques d'infection grave"

En effet, "40% à 50% de la population française" présente une insuffisance en vitamine D, "et plus encore chez les personnes à risque de formes graves de Covid-19", rappelle le texte partagé par ces professionnels de santé. "La supplémentation en vitamines D que l’on préconise est sans danger, ne coûte rien est remboursée par la sécurité sociale. Je crois qu’il ne faut pas s’en priver", confirme le professeur Jean-Claude Souberbielle, médecin spécialiste de la vitamine D, ancien responsable du laboratoire d’hormonologie à l'hôpital Necker-Enfants malades (Paris).

Selon un nombre croissant d'études, la supplémentation en vitamines D pourrait non pas remplacer la vaccination contre le Covid-19, mais réduire les risques d’infection grave. Mais quels sont les risques de la Vitamine D pour l’organisme ? "Les bénéfices, on les observe avec un bon niveau de preuve, chez des gens déficitaires en vitamine D. Par exemple, chez les personnes âgées, la supplémentation va réduire les risques de fracture, le risque de chute. Chez les gens modérément hypertendus, elle va diminuer la pression artérielle. Chez les femmes enceintes, cela va réduire certains risques tels que la pré-éclampsie et le diabète gestationnel. On sait aussi selon des données relativement récentes, que pour des gens souffrant de différents cancers, la supplémentation en vitamine D va améliorer le pronostic."

 

"Prendre de la vitamine D sans en référer à son médecin"

Mais surtout, rappelle le professeur Jean-Claude Souberbielle, "la supplémentation en vitamines D réduit le risque des infections respiratoires, particulièrement lorsqu’on la donne de façon journalière, ou une dose un peu plus importante une fois par mois, par exemple." Est-ce pour tous ou surtout pour les personnes âgées les plus vulnérables ? "Dans la lutte contre le coronavirus, c’est pour tout le monde. Évidemment, la cible principale, ce vont être les personnes fragiles, les personnes âgées, celle ayant des comorbidités, les obèses en particulier, qui sont fortement à risque de faire des formes graves de Covid-19.  Il existe déjà plus de 400 publications sur la vitamine D et le Covid 19. La plupart montrent l’association entre manque de vitamine D et le risque de faire des formes graves de Covid-19. Quelques études montrent que les personnes Covid+ ayant reçu de la vitamine D avant leur infection sont moins à risque de faire des formes graves."

"On peut prendre de la vitamine D sans en référer à son médecin, mais il ne faut pas dépasser certaines doses, souligne ce médecin spécialiste de la vitamine D. Les doses éventuellement dangereuses pouvant induire trop de calcium dans le sang avec des complications rénales, sont extrêmement élevées. Mais il existe des cas rares d’intoxication à la vitamine D. Des gens qui prennent n’importe quoi, cela existe. On peut acheter de la vitamine D chez son pharmacien. Les doses de 50.000 ou 100.000 unités une fois par mois, c’est une prescription médicale. Les sources alimentaires de vitamines D sont peu nombreuses et peu importantes. L’alimentation ne permet pas d’avoir un taux de vitamine D satisfaisant, sauf à manger 150 grammes de saumon tous les jours. La source principale est l’exposition aux rayonnement du soleil, les UV-B, présents sous nos latitudes qu’une partie de l’année, durant les mois dits chauds. En hiver, vous ne faites pas de vitamine D, la supplémentation est donc nécessaire pour beaucoup de gens."

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !