éditorial

L'édito de Henri Guaino

Henri Guaino ©Anthony Ghnassia

Dans sa chronique du jour, Henri Guaino se demande s'il faut désindexer le Smic.

Désindexer le Smic ! Voilà la proposition d'un groupe d'experts indépendants qui, chaque année, rend un rapport à tous les partenaires sociaux. Pas sûr que cela soit un cadeau de Noël...

À en lire le compte rendu qu'en ont fait les journaux, on ne peut avoir qu'une impression de déjà-vu. Le salaire minimum serait soi-disant trop élevé et cela détruirait l'emploi des moins qualifiés. Ceci coûterait trop cher pour leur faible productivité. Nos chers experts proposent donc un moyen de faire baisser le salaire minimum en baissant son pouvoir d'achat, grignoté par la hausse des prix. À 1 ou 2 % d'inflation, la baisse du pouvoir d'achat est au début presque indolore. Pour quelqu'un qui coûte sous à sous, pas vraiment, mais admettons ! Sauf qu'à la longue, les pertes se cumulent avec un effet de multiplications, comme les intérêts composés. De sorte qu'au bout de 10 ans, à 2% par an, on est déjà pratiquement à 22% de pertes de pouvoir d'achat. Certes, la question du coût du travail peut être posée comme celle de n'importe quel coût, sauf que ce n'est pas la même chose de diminuer le coût du travail en baissant les charges ou en baissant les salaires. Le débat ne date pas d'hier, il date du XIXe siècle. Pour ceux qui pensent que tout doit être réglé par la loi de l'offre et de la demande, qu'il faut être libéré de toutes contraintes et qu'il faut mettre les travailleurs en concurrence comme les marchandises, le Smic est toujours trop élevé. Le problème, c'est que les personnes ne sont pas des marchandises. Les économistes libéraux classiques du XIXe siècle voyaient même un plancher à la baisse des salaires dans le salaire de subsistance, celui qui assure à peine la survie. Aujourd'hui, beaucoup d'économistes pensent au contraire qu'un salaires trop bas, non seulement ne permet pas de vivre décemment mais il décourage de produire parce qu'une personne, pour être motivé, a besoin de reconnaissance et le salaire fait partie de cette reconnaissance. Trop mal payé, le salarié est démoralisé, peu productif et le rémunérer encore moins ne fera que le démoraliser davantage.

Aujourd'hui, le montant du Smic net mensuel est de l'ordre de 1 150 €. Une question se pose alors : parmi ces experts, lequel pourrait vivre avec moins de 1 150 € par mois ? Réponse : aucun ! Donc la question de la baisse du Smic ne se pose pas ! La science économique est aussi une science morale. En tout cas, elle devrait l'être comme la politique. N'infligez pas aux autres ce que vous ne seriez pas capable de supporter vous-même ! La baisse du pouvoir d'achat et du salaire minimum serait doublement immorale...

>> L'intégralité de la chronique est disponible en podcast

 

Les rubriques Sudradio