États généraux de l'alimentation : "Emmanuel Macron a tranché très mollement"

Emmanuel Macron ©Tim Douet

Olivier Dauvers, spécialiste de l'agroalimentaire, était l'invité du journal de 18h sur Sud Radio.

Pour Olivier Dauvers, spécialiste de l'agroalimentaire, c'est un sentiment de déception qui prédomine après le discours d'Emmanuel Macron marquant la fin de la première étape des États généraux de l'alimentation.

Invité du journal de 18h, au micro de Véronique Jacquier, il a indiqué que, "pour changer les comportements, il faut plus que de simples intentions". "Pour le moment, Macron a plutôt évoqué des intentions plutôt que des décisions. Ce n'est qu'une perspective et pas une réalité. Il faudra plus que des intentions, c'est en ce sens que le discours d'Emmanuel Macron va provoquer des mécontentements, parce qu'il a tranché très mollement", a précisé Olivier Dauvers.

Il reconnaît toutefois que les pistes lancées par le président de la République vont dans la "bonne direction", notamment le regroupement des agriculteurs, "atomisés face à quelques centrales d'achat, quelques industriels", mais aussi une approche filière par filière qui permet de rompre avec "un traitement général et social de l'agriculture en France qui a caractérisé 40 ans de politiques publiques. On ne peut pas comparer le sort d'un céréalier avec le sort d'un producteur laitier. Pendant trop longtemps, la politique française les a considérés au même niveau. C'est une bonne direction."

Écoutez l'interview d'Olivier Dauvers, invité du journal de 18h au micro de Véronique Jacquier

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio