Environ 500 migrants évacués d'un campement en Seine-Saint-Denis

Environ 500 exilés ont été évacués mercredi d'un campement de fortune installé depuis plusieurs mois sur un parking à Pantin (Seine-Saint-Denis) où ils vivotaient dans des conditions insalubres, a annoncé la préfecture à l'AFP.

JULIEN DE ROSA - AFP

Environ 500 exilés ont été évacués mercredi d'un campement de fortune installé depuis plusieurs mois sur un parking à Pantin (Seine-Saint-Denis) où ils vivotaient dans des conditions insalubres, a annoncé la préfecture à l'AFP.

L'opération de mise à l'abri, débutée tôt le matin, s'est déroulée sans encombre et est désormais terminée, a ajouté à la mi-journée la préfecture de la Seine-Saint-Denis, qui la menait conjointement avec la préfecture de la région d'Ile-de-France.

Les réfugiés ou demandeurs d'asile, principalement des hommes originaires d'Afghanistan, ont embarqué dans des bus, encadrés par des gendarmes et policiers, pour être conduits vers des centres d'hébergement, a constaté l'AFP sur place.

Leurs destinations exactes n'étaient pas connues à ce stade.

"Ici nous n'avons rien, donc c'est bien pour nous si la police nous emmène et nous donne un toit, c'est bien pour nous", a glissé Mohamed Daoud, qui a fui l'Afghanistan.

"C'est ce qui devrait être la norme, ils ne devraient pas avoir à passer cinq mois dans un campement insalubre dans des conditions indignes pour pouvoir accéder à des hébergements et des solutions dignes", a souligné Philippe Caro, bénévole du collectif Solidarité Migrants Wilson qui avec d'autres riverains a fourni aux exilés de l'aide dont des repas.

Evacuation par la police d'un campement de réfugiés, principalement afghans, le 11 mai 2022 à Pantin, près de Paris

Evacuation par la police d'un campement de réfugiés, principalement afghans, le 11 mai 2022 à Pantin, près de Paris

JULIEN DE ROSA - AFP

"Ce qu'il faudrait, c'est qu'il y ait le même traitement pour tout le monde et notamment le traitement qui est fait aux réfugiés ukrainiens qui pour le coup, est plutôt au bon niveau", a-t-il pointé.

"C'est la même problématique à chaque fois, il y a des remises à la rue dans les heures ou les jours qui suivent", a également regretté auprès de l'AFP Pierre Mathurin, coordinateur de l'association d'aide aux migrants Utopia 56, dénonçant par ailleurs l'interdiction pour les bénévoles de récupérer le matériel sur place.

AFP / Pantin (AFP) / © 2022 AFP