"Entre 2007 et 2016, on a perdu 13 % des médecins généralistes libéraux"

Trouver un médecin en vacances, une tâche encore plus difficile en été dans les déserts médicaux

Avec les vacances, il est parfois beaucoup plus compliqué de trouver un médecin. Un phénomène renforcé dans les déserts médicaux où la situation pourrait empirer dans les prochaines années, selon Luc Duquesnel, président du syndicat Les Généralistes - CSMF.

Trouver un médecin est parfois une vraie galère en période de vacances où bon nombre de cabinets sont fermés. Une situation qui exacerbe "un phénomène qui existe tout le reste de l’année", selon Luc Duquesnel, médecin généraliste et président du syndicat Les Généralistes - CSMF, invité mardi de Sud Radio. "Entre 2007 et 2016, on a perdu 13 % des médecins généralistes libéraux. Et le Conseil national de l’ordre annonce qu’on va en reperdre 13 % d’ici 2025. C’est énorme !", prévient le docteur. Ce problème ne touche pas d’ailleurs seulement des déserts médicaux identifiés, comme dans la région Centre par exemple, mais toute la France. "Dès qu’on est à 20-30 km à l’intérieur du pays, les densités chutent", affirme Luc Duquesnel, qui aimerait voir le gouvernement s’attaquer à la rentrée au problème d’attractivité rencontré par la médecine générale auprès des jeunes médecins. 

Une amélioration dès le 15 août

Le président du syndicat Les Généralistes - CSMF se veut malgré tout rassurant sur la situation puisque "la permanence des soins fonctionne" même en vacances, "le soir à partir de 20H, la nuit, les week-ends et les ponts". "Si on a besoin d’un médecin, on appelle le 116 117 dans certains départements ou le 15, on aura un médecin généraliste au bout du téléphone et la possibilité de consulter. Dans certains centres, on envoie les ordonnances directement aux pharmacies de garde. Et puis, éventuellement, il y a le recours en cas d’urgence aux services d’urgence à l’hôpital même si ce n’est pas l’idéal", précise le médecin. Il ne faut pas hésiter également à se renseigner auprès de son médecin traitant pour savoir s’il a passé un accord avec ses confrères aux alentours pour prendre en charge sa patientèle durant les vacances. 

Autre solution possible : se tourner vers les sites et applications de consultation en ligne. Une méthode à prendre avec des pincettes selon Luc Duquesnel : "Ce sont des gens qui ne connaissent pas le patient dans sa globalité. Un patient ce n’est pas qu’un symptôme, c’est souvent plusieurs maladies maintenant avec nos patients qui sont âgés". Pour ce médecin, la meilleure des solutions restent toujours son médecin traitant. Bonne nouvelle, à partir du 15 août, la situation devrait s’améliorer avec les retours progressifs de vacances. Surtout, "les consultations de médecine générale seront beaucoup moins denses", avertit le président du syndicat Les Généralistes – CSMF. Les certificats médicaux pour le sport n’étant plus obligatoire, les médecins généralistes devraient pouvoir gagner du temps dans leur planning. 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio