Energies renouvelables: les macronistes se tournent vers la gauche de l'Assemblée

Cap à gauche: l'examen du projet de loi pour accélérer l'installation d'éoliennes et de panneaux solaires en France a démarré lundi dans l'hémicycle de l'Assemblée, où les macronistes tablent sur des alliances avec les socialistes et les écologistes face aux réticences des LR.

Lionel BONAVENTURE - AFP

Cap à gauche: l'examen du projet de loi pour accélérer l'installation d'éoliennes et de panneaux solaires en France a démarré lundi dans l'hémicycle de l'Assemblée, où les macronistes tablent sur des alliances avec les socialistes et les écologistes face aux réticences des LR.

Au coup d'envoi des débats, la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a appelé à éviter les "postures dogmatiques" et à ne "pas opposer les technologies entre elles", alors qu'un autre texte en faveur du nucléaire est attendu dans les mois qui viennent.

Elle a souligné le "retard de la France" en matière d'énergies renouvelables (EnR), le "seul pays de l'Union européenne à ne pas avoir atteint ses objectifs".

Car les EnR ne représentent pour l'heure que 19,3% de la consommation finale brute d'énergie, déjà en deçà de l'objectif fixé en 2020 de 23%. La France reste encore trop dépendante des énergies fossiles importées, un sujet rendu brûlant par les craintes de coupures de courant en janvier.

- "Cauchemar" -

La première soirée de débat a vite tourné au pour ou contre l'implantation d'éoliennes. Des députés d'extrême droite et de droite ont défendu en vain un "moratoire" contre de nouvelles installations.

Le RN Pierre Meurin a haussé le ton contre le "cauchemar éolien", "faut arrêter!".

Un moratoire "irait complètement contre la souveraineté énergétique de la France et la sécurisation des approvisionnements", a rétorqué le rapporteur macroniste Pierre Cazeneuve. "Les éoliennes, c'est 37 TWH l'année dernière, c'est par exemple ce qui nous manquerait aujourd'hui pour être certain de passer l'hiver sereinement".

Bertrand Pancher, le chef du groupe indépendant Liot, a déploré les propos "complètement fous" du côté droit de l'hémicycle. "J'ai l'impression de revivre (le film) +Good Bye Lénine+ en revenant trente ans en arrière sur un débat passé de mode" pour ou contre les renouvelables.

Après s'être appuyée sur la droite pour ses précédents textes, la majorité change cette fois de pied pour ce projet de loi, au programme pendant deux semaines avec plus de 2.500 amendements.

Le gouvernement assure reprendre des revendications socialistes, écologistes et du groupe indépendant Liot. "Toutes les conditions sont réunies pour qu'ils votent ce texte", lance Mme Pannier-Runacher.

L'exécutif, sans majorité absolue à l'Assemblée, invoque le "compromis" trouvé au Sénat, où le projet de loi a été largement adopté avec l'appui de la droite.

A l'horizon 2050, Emmanuel Macron vise la multiplication par dix de la capacité de production d'énergie solaire afin de dépasser les 100 gigawatts (GW) et le déploiement de 50 parcs éoliens en mer pour atteindre 40 GW, une marche très haute.

Les députés LR ont pour leur part des "lignes rouges". Ils voudraient réintroduire des mesures auxquelles le Sénat a en partie renoncé: un droit de veto des maires, et l'interdiction des éoliennes en mer à moins de 40 kilomètres des côtes.

La ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher quitte le palais de l'Elysée après le Conseil des ministres le 29 novembre 2022 à Paris

La ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher quitte le palais de l'Elysée après le Conseil des ministres le 29 novembre 2022 à Paris

Emmanuel DUNAND - AFP

Au RN Jean-Philippe Tanguy fustige "une loi suicidaire" de "soumission" à l'Union européenne: des éoliennes qui vont "défigurer nos côtes" et des panneaux solaires "dont les Français découvriront vite qu'ils produiront bien peu d'énergie et qu'ils auront massivement enrichi la Chine".

- Bienveillance à gauche ? -

A gauche, les socialistes ont déjà fait part de leur regard "plutôt bienveillant" malgré des réserves. Et les écologistes "pourraient venir en soutien" si le texte est "cohérent", selon le député EELV Charles Fournier.

Mme Pannier-Runacher assure les rejoindre dans leur volonté d'utiliser "au maximum les zones déjà artificialisées pour installer des EnR: toitures, parkings, le long des voies ferroviaires et fluviales...".

Et le gouvernement a déposé deux amendements pour mettre en place un "médiateur" et un "observatoire des énergies renouvelables", suivant des propositions des Verts.

Plus critiques, les Insoumis déplorent un projet de loi loin de "l'écologie populaire dont le pays a besoin".

Et les communistes sont les plus hostiles à gauche. Favorables au nucléaire et au "monopole d'EDF", ils dénoncent le "marché libéral" des renouvelables.

L'exécutif compte réintroduire en séance un article clé supprimé en commission et visant à limiter certains recours juridiques contre les projets d'EnR.

Les oppositions y voient une menace pour la "biodiversité", ce que conteste le camp présidentiel.

Pierre Cazeneuve (droite) s'entretient avec Emmanuel Macron lors d'un déplacement de campagne en amont de l'élection présidentielle à Fouras (Charente-Maritime) le 31 mars 2022

Pierre Cazeneuve (droite) s'entretient avec Emmanuel Macron lors d'un déplacement de campagne en amont de l'élection présidentielle à Fouras (Charente-Maritime) le 31 mars 2022

Ludovic MARIN - AFP

Côté ONG, WWF appelle à "dépasser les postures partisanes" pour "trouver un accord".

Par Adrien DE CALAN / Paris (AFP) / © 2022 AFP