single.php

En Occitanie, la grogne des agriculteurs ne faiblit pas

Les agriculteurs d'Occitanie, qui dénoncent des revenus "parmi les plus bas de France", mobilisés lundi sur les autoroutes et autour de la centrale nucléaire de Golfech, envisagent d'autres actions mardi, visant notamment la grande distribution.

Valentine CHAPUIS - AFP

Les agriculteurs d'Occitanie, qui dénoncent des revenus "parmi les plus bas de France", mobilisés lundi sur les autoroutes et autour de la centrale nucléaire de Golfech, envisagent d'autres actions mardi, visant notamment la grande distribution.

"C'est surtout un problème de revenus, en Occitanie, les agriculteurs ont les revenus parmi les plus bas de France", a déclaré à l'AFP Alain Iches, président de la chambre d'agriculture de Tarn-et-Garonne, pour expliquer l'intensité du mouvement dans la région.

L'A64 entre Toulouse et Bayonne, coupée à la circulation depuis jeudi au niveau de Carbonne (Haute-Garonne), à 45 km au sud de Toulouse, devrait le rester mardi. Les automobilistes circulant sur cet axe doivent le quitter avant le barrage d'une quarantaine de tracteurs, pour reprendre l'autoroute un peu plus loin.

Des bottes de paille, disposées sur les voies par les manifestants, ont été incendiées tôt lundi. Le feu a été rapidement éteint. Un message écrit pour "intimider" les agriculteurs a été trouvé sur place et remis aux gendarmes, selon Jérôme Bayle, éleveur bovin, présent sur le barrage, qui a évoqué un "incendie criminel".

L'Occitanie "est une région qui a fait le choix de la qualité, les agriculteurs se sont adaptés, certains sont partis vers des productions bio à la demande du consommateur et aujourd'hui, les productions bio, notamment le blé, sont payées encore moins cher que les productions conventionnelles", a regretté Luc Mesbah, secrétaire général de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) de Haute-Garonne.

- "Faire plier le gouvernement" -

"On peut pas continuer comme ça", a-t-il dit à l'AFP, près du barrage où les manifestants se réchauffent autour d'un brasero. A Toulouse, "on est sur la quatrième ville de France et on a de grosses centrales d'achat qui distribuent sur l'ensemble de l'Occitanie. Elles seront la cible, demain (mardi), d'actions de blocage", a-t-il prévenu.

Un blocage est ainsi prévu sur l'A61 Toulouse-Narbonne "au niveau de la plateforme de Lidl" à Baziège, au sud-est de la Ville rose, selon un appel à mobilisation envoyé à l'AFP.

Les agriculteurs ont aussi prévu des actions dans l'Aveyron, sur la RN88, dans le Lot et dans le Tarn, sur la rocade d'Albi. Ils déplorent de ne pas être écoutés depuis le début, fin octobre, du mouvement de retournement des panneaux des communes, avec le slogan "On marche sur la tête", selon un communiqué de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs (JA).

Lundi, Carole Delga, présidente PS de la région Occitanie, est allée rencontrer les agriculteurs dont elle juge que les "revendications sont légitimes et doivent continuer à être portées sans aucune violence".

Elle a appelé le gouvernement notamment à "tenir ses engagements, en apportant tout d'abord une réponse forte en cas de crises exceptionnelles" comme la grippe aviaire et la maladie hémorragique épizootique (MHE) et à "prendre ses responsabilités (...) en accompagnant les exploitations dans un modèle durable et rémunérateur".

Par ailleurs, en Tarn-et-Garonne, les points d'accès à Golfech, qui alimente en électricité le bassin toulousain, ont été bloqués par des tracteurs. Néanmoins, "le personnel nécessaire au fonctionnement de la centrale (...) a pu accéder au site", selon un porte-parole d'EDF.

Ds tracteurs bloquent l'A64, à Carbonne (Haute-Garonne), le 22 janvier 2024

Ds tracteurs bloquent l'A64, à Carbonne (Haute-Garonne), le 22 janvier 2024

Valentine CHAPUIS - AFP

La préfecture a aussi signalé des blocages à hauteur de Saint-Loup et de Castelsarrasin, sur l'A62 reliant Toulouse et Bordeaux.

"Notre objectif est de faire plier le gouvernement", a expliqué Jean-Baptiste Gibert, président local des JA, ajoutant: "On se retrouve à crever la dalle comme des chiens au bord de la route et dans nos champs. On en a marre!"

- Surproduction bio -

"A force de vouloir pousser les agriculteurs à passer en bio et à importer du bio, maintenant il y a surproduction parce qu'il n'y a plus d'acheteurs", a expliqué à l'AFP Christian Couderc, 55 ans, présent à Golfech. Déplorant d'être "obligé de passer en conventionnel", il parle la voix brisée, d'"un échec (...) très difficile à accepter".

Des agriculteurs bloquent l'accès à la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne), le 22 janvier 2024

Des agriculteurs bloquent l'accès à la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne), le 22 janvier 2024

Ed JONES - AFP

L'Occitanie, première région bio de France, subit cette crise de plein fouet. Avec Provence-Alpes-Côte d'Azur elle subit fortement le changement climatique.

C'est notamment le cas dans les Pyrénées-Orientales, touchées par la sécheresse depuis deux ans. A la mi-journée, des dizaines de manifestants ont occupé un moment les voies de l'autoroute A9 Montpellier-Barcelone, au niveau du péage Perpignan-sud, puis ont déversé gravats et branchages devant la préfecture.

L'âge des exploitants agricoles en France

L'âge des exploitants agricoles en France

Cléa PÉCULIER - AFP

Enfin, dans les Hautes-Pyrénées, des perturbations ont été signalées sur l'A64, près de Lannemezan et Tarbes. Dans l'Ariège, la RN20 était fermée à la hauteur de Pamiers.

A Toulouse, la mairie a annoncé lundi avoir porté plainte contre X à la suite du coût du nettoyage "estimé à 90.700 euros", selon un communiqué, après l'importante manifestation du 16 janvier. Plusieurs centaines de tracteurs avaient investi la Ville et ses abords, déversant fumier, branchages et pneus devant des bâtiments administratifs.

Par Adeline RAYNAL, et le bureau de Toulouse / Carbonne (France) (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
22H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/