En Isère, la rave party installée sur l'ancienne ZAD de Roybon s'achève

Les derniers participants d'une importante rave party débutée samedi soir près de l'ancienne ZAD de Roybon, en Isère, étaient mardi après-midi en train de quitter les lieux, a-t-on appris auprès de la préfecture.

JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN - AFP/Archives

Les derniers participants d'une importante rave party débutée samedi soir près de l'ancienne ZAD de Roybon, en Isère, étaient mardi après-midi en train de quitter les lieux, a-t-on appris auprès de la préfecture.

"La quarantaine de véhicules encore présents quittent actuellement les lieux" avec un contrôle systématique des gendarmes, a indiqué peu avant 19H30 la préfecture dans un communiqué.

"Au total, plus de 750 véhicules ont quitté le site et ont fait l’objet de contrôles", ajoutent les autorités.

Il restait encore environ 2.000 personnes sur place lundi matin, selon une source de gendarmerie. France 3 Alpes évoque pour sa part "jusqu'à 4.000" participants au plus fort du week-end.

Sur les 258 procès-verbaux dressés par les gendarmes depuis samedi soir, 80 étaient en lien avec la détention ou consommation de stupéfiants et 100 pour circulation interdite sur chemin forestier.

"Par ailleurs, 12 suspensions de permis de conduire ont d’ores et déjà été prononcées pour une durée de 6 mois," ajoute la préfecture de l'Isère.

Les "teufeurs" s'étaient installés dans le nord du département, entre champs et forêt, à proximité de l'ancienne ZAD (zone à défendre), occupée entre 2014 et 2020 par des opposants au projet de Center Parcs porté par le groupe Pierre et vacances, finalement abandonné à l'été 2020.

Une enquête judiciaire a été ouverte "pour déterminer les responsabilités des organisateurs", a annoncé dimanche le procureur de la République de Grenoble Eric Vaillant dans un communiqué commun avec le préfet de l'Isère.

Plusieurs autres rave parties ont été signalées par les autorités ce week-end. Elles ont notamment rassemblé environ 1.500 personnes en Gironde, près de 600 en Vendée et 800 en Normandie, sans qu'aucun incident ne soit relevé.

AFP / Grenoble (AFP) / © 2021 AFP