Élisabeth Lévy - Mosquée de Strasbourg : "il y a bien un lien entre le vert de l’écologie et celui de l’islam"

Non seulement le ministre de l'Intérieur dénonce une ingérence étrangère "turque", mais aussi une complicité de la mairie écologiste envers une association qui a refusé de signer la Charte des principes de l'islam de France.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, déplore que la mairie de Strasbourg finance une mosquée soutenue par "une association qui défend un islam politique"

La construction d’une mosquée à Strasbourg fait polémique.

Cela concerne l’agrandissement de la mosquée Eyyub Sultan. Les travaux ont commencé en 2017 mais en étaient au point mort faute de financements, suite à des bisbilles entre Ankara et Milli Gorus, l’une des deux fédérations de l’islam turc qui gère la mosquée.

Ce qui fait polémique, c’est la subvention de 2,5 millions d’euros (sur les 32 millions de budget) votée lundi par la municipalité EELV. Gérald Darmanin demande la saisine du tribunal administratif.

 

Sauf que c’est probablement légal. À Strasbourg, nous avons affaire à un régime concordataire, les : financements public comme extérieur sont possibles. D’autant que la loi séparatisme n’est pas encore votée. Et celle-ci n’interdira pas les financements étrangers mais réclame leur transparence.

Donc, le ministre a tort ?

Darmanin a juridiquement tort et politiquement un peu raison. Alors qu’on prétend endiguer l’islamisation, l’opportunité de construire la plus grande mosquée d’Europe à Strasbourg - qui possède déjà une grande mosquée - est discutable. 14 étages, deux minarets de 36 mètres, 30 coupoles, un centre de recherche, un musée. Ill y a un projet ostentatoire et un combat culturel pour le contrôle des franco-turcs. La Confédération islamique Milli Görus a refusé de signer la charte après avoir bloqué sur “islam politique” et “ingérence étrangère”. Pour l’islam turc, ça va de pair puisqu’il diffuse en France l’islam politique selon Erdogan. Il y a un double séparatisme : religieux et national.

Pouvez-vous préciser ?

On incite les jeunes musulmans à ne pas se mélanger aux Français. Pour Erdogan, l’assimilation est un crime, les diasporas turques ses armées, les mosquées ses bases. La propagande anti-française esr très active. Des escouades d’internautes déforment ou inventent des preuves de notre islamophobie, souvenez-vous du fichage des élèves musulmans. Ça marche, y compris chez des jeunes diplômés. Même “Français”, beaucoup restent avant tout “Turcs”. Problématique en soi, encore plus en période de tensions. Seulement, la loi seule ne peut pas changer ça. C’est plutôt un combat politique de longue haleine. 

N’est-ce pas ce que fait Darmanin en attaquant les Verts ? 

C’est tout bonnement de bonne guerre.  Il y a bien un lien entre le vert de l’écologie et celui de l’islam pour paraphraser Zemmour, une sorte de tolérance molle. Mais toutes les municipalités font la même chose. Réalisme ou clientélisme ?  « On ne peut pas refuser aux musulmans des lieux de culte. », disent-ils en chœur. Et on ne peut pas vraiment contrôler ce qui s’y fait. En attendant, si le vote de Strasbourg alimente le séparatisme, Gérald Darmanin pourrait demander à ses camarades strasbourgeois d’En Marche pourquoi ils se sont abstenus.