Élisabeth Lévy - "Drapeaux étrangers en France, séparatisme sympa, République MacDo"

Un amendement a été déposé au Sénat pour permettre aux maires d'interdire les drapeaux étrangers lors des mariages. Celui-ci n'a finalement pas été retenu, et c'est dommageable. Car il n'y a pas de séparatisme "sympa" et qu'on ne vient pas dans un pays en arborant fièrement les couleurs d'un autre pays.

Tous les matins à 8h15, le regard libre d'Elisabeth Lévy dans le Grand Matin Sud Radio.

Le Sénat a voté hier un amendement à la loi séparatisme qui me fait réagir.

Celui-ci a été déposé par un sénateur Les Républicains. Il n’est pas coercitif mais permet aux maires d’interdire les drapeaux étrangers dans la salle de mariage et aux abords de l’Hôtel de ville. À gauche, les cris d'orfraie lançaient “islamophobie”, “racisme d’État !”. Esther Benbassa a piqué une grosse colère : « On va interdire aux Algériens aux Marocains de se marier aussi ? ». Voilà un nouveau droit de l’Homme : brandir le drapeau de son pays d’origine en toute circonstance. 

Faut-il vraiment légiférer ? 

En effet, ça devrait aller de soi. Ce qui relève de la simple civilité doit être contractualisé. Certains maires font signer charte aux futurs époux : pour exemple, ils s’engagent à avoir un quart d’heure de retard maximum et à ne pas faire de rodéos. 

Jacqueline Eustache-Brinio, sénatrice LR Val d’Oise, rappelle qu’il y a quelques années, il n’y avait pas autant de drapeaux étrangers, voire pas du tout. Aujourd’hui, ils envahissent l’espace public lors des mariages. On ne parle pas de drapeaux allemands ou colombiens. 

Il m’est déjà intolérable de célébrer l’élection d’un président de la République en agitant un drapeau algérien. Évidemment, il en va de même pour un drapeau israélien. Mais qu’on aille à la mairie, demander la reconnaissance d’une union par l’État français avec le drapeau d’un autre, c’est une drôle d’idée de la citoyenneté : je suis français pour les papiers (et les allocations ?) mais ma loyauté est ailleurs ? On ne peut obliger personne à aimer la France, mais on peut demander de faire semblant, surtout dans un édifice public. Ça s'appelle le vivre-ensemble. 

Pour autant, cet amendement autour des drapeaux ne sera pas retenu dans la loi.

Exact. Pourtant, c’est un exemple chimiquement pur de séparatisme. Pas religieux mais national. Un État peut tolérer des expressions culturelles minoritaires mais pas accepter la concurrence, même symbolique, d’un autre État, donc d’une autre loi, sur son sol. C’est encore du “en même temps”. D’un côté, il y aurait un séparatisme dangereux, de l’autre, un séparatisme sympa. Schiappa était encore il y a quelques jours en pointe sur la mosquée de Strasbourg. Mais elle trouve aussi normal « de rappeler avec fierté qu’on célèbre un mariage mixte avec deux drapeaux ». Pourquoi serait-on plus fier d’un mariage mixte ? Mystère. Selon Malika Sorel, immigrer, c’est changer de généalogie. Comme on n’ose plus l’assimilation, on dit aux immigrés : venez et restez comme vous êtes. C’est la République Mac Do.