single.php

Dior rend hommage au ballet de Noureev avec des allures justes sur le corps

Temps fort de la Fashion week masculine parisienne, le défilé Dior Homme par Kim Jones a rendu hommage vendredi à l'icône du ballet Rudolf Noureev, surélevant littéralement ses mannequins, fragiles et radieux dans des costumes de scène précieux.

Geoffroy VAN DER HASSELT - AFP

Temps fort de la Fashion week masculine parisienne, le défilé Dior Homme par Kim Jones a rendu hommage vendredi à l'icône du ballet Rudolf Noureev, surélevant littéralement ses mannequins, fragiles et radieux dans des costumes de scène précieux.

Deux mots d'ordre : "aisance et discipline", comme dans les coulisses du ballet russe.

Sous un ciel d'étoiles lumineuses, les cuivres du compositeur Sergueï Prokoviev lancent le ballet rythmé au métronome des mannequins, qui défilent sur une scène circulaire constituée de disques qui se surélèvent et tournent comme une boîte à musique géante.

Au premier rang, Pharrell Williams - de chez le concurrent Vuitton - s'enfonce dans son siège mais applaudit à la fin.

Ici, les vedettes ne sont pas au centre de la performance mais l'allure oui, et les longues acclamations du public montrent l'appréciation.

Défilé de la collection prêt-à-porter Dior Homme Automne-Hiver 2024/2025 à la Fashion Week de Paris, le 19 janvier 2024

Défilé de la collection prêt-à-porter Dior Homme Automne-Hiver 2024/2025 à la Fashion Week de Paris, le 19 janvier 2024

Geoffroy Van der Hasselt - AFP

Kim Jones a voulu rendre hommage à son oncle Colin Jones, mort en 2021, danseur classique puis photojournaliste, qui a réalisé une rare série intime sur le danseur russe en exil Rudolf Noureev (1938-1993).

"Dans l'histoire de Dior, il y a aussi ce rapport au ballet. Là, il y avait un fil, une source", a dit le créateur britannique à l'AFP à la veille du défilé, lors d'une présentation dans les locaux de la maison sur les Champs-Elysées.

"Il y a le vêtement de jour, du soir mais aussi de scène, tout comme l'extravagance du homewear", poursuivait-il devant son tableau de 34 tenues.

- Turban torsadé -

Cette collection, la sixième de Kim Jones, est composée de 14 looks prêt-à-porter et de 20 "silhouettes couture", Dior ne pouvant pas utiliser, pour des raisons légales, le label "haute couture" pour sa ligne masculine.

Défilé de la collection prêt-à-porter Dior Homme Automne-Hiver 2024/2025 à la Fashion Week de Paris, le 19 janvier 2024

Défilé de la collection prêt-à-porter Dior Homme Automne-Hiver 2024/2025 à la Fashion Week de Paris, le 19 janvier 2024

Geoffroy VAN DER HASSELT - AFP

Pour le jour, ses hommes sont "boyish", genoux découverts, shorts-culottes sur chaussettes hautes et colorées. En haut, des tee-shirts seconde peau, sensuellement zippés.

En plus des tailleurs signature de Kim Jones, à fermeture portefeuille et double boutonnage, les manteaux sont sages, tous déclinés en marron, la couleur de l'hiver 2025. A noter, leur ceinture devient pièce à part, augmentée et portée au vent, comme une traine, de chaque côté de la taille.

Le turban de la Bayadère, ce tissu enroulé sur les têtes des danseurs de Noureev, en jersey de soie torsadé, vient relever les costumes gris ou noir, parfaire une silhouette du soir, tout comme le kimono noir caviar.

Défilé de la collection prêt-à-porter Dior Homme Automne-Hiver 2024/2025 à la Fashion Week de Paris, le 19 janvier 2024

Défilé de la collection prêt-à-porter Dior Homme Automne-Hiver 2024/2025 à la Fashion Week de Paris, le 19 janvier 2024

Geoffroy VAN DER HASSELT - AFP

Ces hommes Dior se métamorphosent alors en créatures scintillantes, en costume de sequins ou en top peau nue orné de brillants en tout genre. Les accessoires vont de la mono-boucle d'oreille aux sacs à dos XXL.

Et la ballerine pour hommes, qui n'a jamais vraiment percé, a fait sensation sur les réseaux sociaux.

Pour une cape en toile de Jouy brodée, il aura fallu pas moins de 2.000 heures de travail du fil d'argent confié aux soins de l'atelier Vermont, spécialiste de la place de Paris.

- "Utilitaire et faste" -

Kim Jones dit avoir imaginé "une rencontre à la fois fonctionnelle et poétique de l'utilitaire et du faste".

Le créateur britannique Kim Jones à l'issue du défilé de la collection prêt-à-porter Dior Homme Automne-Hiver 2024/2025 à la Fashion Week de Paris, le 19 janvier 2024

Le créateur britannique Kim Jones à l'issue du défilé de la collection prêt-à-porter Dior Homme Automne-Hiver 2024/2025 à la Fashion Week de Paris, le 19 janvier 2024

Geoffroy VAN DER HASSELT - AFP

L'enfant star de LVMH précède chaque collection d'une "longue plongée" dans les archives, pour puiser dans une période ou un designer.

Pour ce défilé, il convie le tailoring d'Yves Saint Laurent, avec un accent mis sur les volumes, les fentes, les plis et surtout les décolletés qui parcourent l'ensemble de la collection.

"Cet ancrage dans le passé tisse une cohérence artistique très forte pour le créateur", explique son entourage à l'AFP.

"J'ai pensé au client (...) des pièces qui puissent se vendre parce qu'elles peuvent se garder", reprend le créateur en jeans et tee-shirt, revendiquant l'aspect commercial évident du "timeless", cet intemporel sobre que les griffes déclinent désormais religieusement.

En cinq ans, le directeur artistique a imposé une silhouette et propulsé Dior Homme à l'avant-scène de la mode masculine.

Depuis 2018, cette division a connu la plus forte croissance dans la maison de l'avenue Montaigne, qui a réalisé 79,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2022, malgré la crise.

Par Daphné ROUSSEAU / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
11H
10H
09H
07H
04H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/