single.php

Des vents porteurs et des doutes au salon de défense Eurosatory

De premiers contrats signés et des interrogations sur la future politique française de défense en cas d'alternance: Eurosatory, plus grand salon international de défense et de sécurité terrestres, s'est ouvert lundi au nord de Paris.

JULIEN DE ROSA - AFP

De premiers contrats signés et des interrogations sur la future politique française de défense en cas d'alternance: Eurosatory, plus grand salon international de défense et de sécurité terrestres, s'est ouvert lundi au nord de Paris.

Dans les allées du parc des expositions de Villepinte, au milieu des blindés exposés, les équipements mis en lumière par le conflit en Ukraine figurent en bonne place, qu'il s'agisse d'obus et missiles de toutes sortes, de drones, ou de systèmes anti-aériens.

Des soldats de l'armée française présentent le robot polyvalent SRGr, permettant d'effectuer des missions d'observation, de détection et de cartographie à distance, lors d'une démonstration au salon international de défense et de sécurité terrestre et aéroterrestre Eurosatory, à Villepinte, en banlieue nord de Paris, le 16 juin 2024

Des soldats de l'armée française présentent le robot polyvalent SRGr, permettant d'effectuer des missions d'observation, de détection et de cartographie à distance, lors d'une démonstration au salon international de défense et de sécurité terrestre et aéroterrestre Eurosatory, à Villepinte, en banlieue nord de Paris, le 16 juin 2024

Valentine CHAPUIS - AFP

Nombre de pays, notamment en Europe, ont pris conscience avec l'invasion russe de son voisin, qu'ils étaient loin d'avoir des capacités et stocks suffisants pour dissuader et faire face si nécessaire.

Le salon bénéficie donc d'une affluence record, avec plus de 2.000 exposants, 270 délégations officielles malgré l'absence des entreprises israéliennes, que le gouvernement français a jugé indésirables dans le contexte des opérations israéliennes meurtrières à Gaza.

Un groupement d'ONG a obtenu vendredi du tribunal judiciaire de Bobigny l'interdiction d'Eurosatory à tout représentant ou intermédiaire israélien, en plus des exposants, décision dont l'organisateur Coges Events, soutenu par l'Etat, a fait appel.

Le véhicule Essential Decon M01 de KNDS CBRN (à droite) et la Fortress MK2 d'Arquus (à gauche) au salon international de défense et de sécurité terrestre et aéroterrestre Eurosatory, à Villepinte, banlieue nord de Paris, le 16 juin 2024

Le véhicule Essential Decon M01 de KNDS CBRN (à droite) et la Fortress MK2 d'Arquus (à gauche) au salon international de défense et de sécurité terrestre et aéroterrestre Eurosatory, à Villepinte, banlieue nord de Paris, le 16 juin 2024

Valentine CHAPUIS - AFP

Eurosatory, "c'est une plateforme de rayonnement, de relation avec l'écosystème de défense et de contacts commerciaux", résume Emmanuel Levacher, président du fabricant de blindés Arquus.

Comme de nombreux exposants, l'industriel français en profite pour annoncer un contrat de modernisation de 54 blindés VAB avec le Qatar et présenter un nouveau blindé, le Mav'rx. Ce transport de troupes à la protection renforcée a été développé en tirant les leçons du conflit ukrainien, en neuf mois pour répondre aux besoins de l'"économie de guerre".

Ce concept, évoqué par le président français Emmanuel Macron lors du précédent Eurosatory il y a deux ans, vise à pousser les industriels à produire davantage et plus rapidement pour répondre à des besoins soudains.

"Les efforts qu'ont produits nos industriels sont très importants et produisent des résultats qui sont au rendez-vous", s'est félicité le ministre des Armées Sébastien Lecornu en inaugurant le salon.

- Caesar et Mistral -

Selon lui, "en deux ans, nous avons su collectivement en France parfaire notre modèle de fiabilité", a-t-il lancé devant un parterre de représentants militaires étrangers, alors que la pérennité du modèle de défense français repose sur les exportations.

Des soldats de l'armée française installent un obusier automoteur Caesar français lors d'une manifestation au salon international de défense et de sécurité terrestre et aérienne Eurosatory, à Villepinte, banlieue nord de Paris, le 16 juin 2024

Des soldats de l'armée française installent un obusier automoteur Caesar français lors d'une manifestation au salon international de défense et de sécurité terrestre et aérienne Eurosatory, à Villepinte, banlieue nord de Paris, le 16 juin 2024

Valentine CHAPUIS - AFP

Le ministre a notamment levé le voile sur des contrats qui seront signés au cours de la semaine: un achat conjoint de canons Caesar avec l'Estonie et la Croatie, un autre achat conjoint de 1.500 missiles de défense anti-aérienne de courte portée Mistral avec l'Estonie, la Belgique, Chypre et la Hongrie, et une commande de radars GM200 de Thales par un pays européen.

Le groupe français a annoncé lundi matin en avoir vendu deux au Brésil et qu'il allait quadrupler sa production d'obus de mortier de 120mm à la suite d'une commande française de plusieurs dizaines de milliers d'obus.

Ces équipements sont emblématiques de la montée en cadence amorcée par les industriels depuis deux ans: la production du GM200 est passée de 12 à 24 et bientôt 30 par an, celle du Caesar a été multipliée par trois depuis 2022, celle des Mistral doit passer de 10 à 40 mensuels d'ici l'an prochain et les délais de production être divisés par deux.

La perspective d'un changement possible de majorité politique en France laisse pourtant planer un doute dans les allées du salon sur la poursuite de la politique engagée.

Cette photographie montre des munitions exposées au salon international Eurosatory de défense terrestre, aérienne et de sécurité, à Villepinte, banlieue nord de Paris, le 17 juin 2024

Cette photographie montre des munitions exposées au salon international Eurosatory de défense terrestre, aérienne et de sécurité, à Villepinte, banlieue nord de Paris, le 17 juin 2024

JULIEN DE ROSA - AFP

"Peut-être que l'économie de guerre a elle aussi été dissoute, malheureusement la guerre ne s'éloigne pas et la concurrence ne s'endort pas non plus", estime Emmanuel Levacher.

En fonction de la majorité qui l'emportera, des industriels s'interrogent sur l'avenir des programmes en coopération, notamment avec l'Allemagne, de la politique d'exportation d'armes que mènera le futur gouvernement ou encore sur la mise en oeuvre de la loi de programmation militaire qui prévoit de consacrer 413 milliards d'euros dans la défense d'ici 2030.

L'un d'eux se veut philosophe: "je crois beaucoup au principe de réalité".

Par Mathieu RABECHAULT / Villepinte (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
12H
11H
09H
08H
07H
02H
22H
21H
20H
19H
18H
Revenir
au direct

À Suivre
/