Des milliers de personnes rassemblées pour la fête de la musique : "C'est bon, on profite maintenant. On a qu'une seule vie, qu'une seule jeunesse"

Ce lundi, c'était une Fête de la musique déconfinée. Cette 40e édition s’est déroulée avec des consignes sanitaires assouplies. Malgré le contexte sanitaire, l’heure était à la fête hier dans les rues de la capitale.

Reportage de Clément Bargain

 

Ce lundi, c'était une Fête de la musique déconfinée. Cette 40e édition s’est déroulée avec des consignes sanitaires assouplies. Malgré le contexte sanitaire, l’heure était à la fête hier dans les rues de la capitale.

Le couvre-feu étant levé depuis dimanche, il était possible de profiter de la soirée sans limite d'heure.  Mais les concerts spontanés dans la rue étaient interdits, tout comme les rassemblements de plus de 10 personnes sur la voie publique. À Paris et en petite couronne, 2 300 policiers et gendarmes étaient mobilisés pour faire respecter les règles sanitaires.

"Une ambiance particulière comme une renaissance culturelle, une renaissance de la fête"

Il y avait peu de musique mais des rues noires de monde et des visages démasqués. C'était la première soirée festive depuis la fin du couvre-feu alors Sabri voulait absolument en profiter. "C'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup de concert organisés mais on n'a plus de masques. On sent vraiment un regain de liberté. Ça fait plaisir à voir. On sent une ambiance particulière comme une renaissance culturelle, une renaissance de la fête".

"On a qu'une seule vie, on n'a qu'une seule jeunesse"

Malgré des règles strictes comme l’interdiction des concerts sauvages, des milliers de Français étaient dehors ce lundi soir, comme Marwan et Walid. "Pour moi, c'est choquant. C'est un choc de voir les gens sans masque. On se retrouve, ça fait bizarre de voir des gens"

De quoi oublier le covid et l’année écoulée pour Lilou, elle est étudiante. "C'est bon, on profite maintenant. C'est derrière nous, on a le droit de faire la fête. On est jeune, on a le droit de faire la fête, de profiter. On a qu'une seule vie, on n'a qu'une seule jeunesse", clame-t-elle haut et fort'.

"De savoir que ça reprend, ça fait vraiment du bien"

Des Français heureux et des artistes qui retrouvent le plaisir de se produire devant du public.  Cela faisait bien longtemps que Louise et ses amis n’avaient pas ressenti ces sensations. "Même chanter devant ses parents, tout seul devant son miroir, dans un studio au conservatoire, on a l'impression de ne pas avoir de goût, d'objectif. Et là de savoir que ça reprend, ça fait vraiment du bien".

Louise et ses amis pourront bientôt se produire lors de concrets debout. Ce sera possible dès le 30 juin prochain.

Un reportage de Clément Bargain (avec Maxime Trouleau)