Des hôteliers lancent la fronde contre Booking.com (et ses marges)

Les hôteliers français s’organisent contre le géant de la réservation en ligne booking.com. Le secteur est fragilisé entre la période de confinement, le secteur événementiel atone, et une saison estivale incertaine avec le manque à gagner de la clientèle étrangère. Ils demandent à Booking de faire preuve de solidarité et de revoir ses marges notamment. Mais face aux fins de non-recevoir, la fronde s’organise, par exemple à Avignon et à Ajaccio.

(Aurore MESENGE / AFP)
Reportage Sud Radio de Stéphane Burgatt

 

Attention aux différences de prix, si vous voulez réserver une nuit à l’hôtel d'Angleterre de Harald Pons:

"Vous voyez que l'hôtel d'Angleterre est à 72 euros le 14 juillet, en revanche sur Booking on est à 503 euros. Je prends le risque, quitte à crever parce-que c'est très difficile pour les hôtels. Autant crever debout et dire ce qu'on a à dire" - Harald Pons, Hôtel d'Angleterre

 

Avec l’annulation du festival d’Avignon, il va perdre 150.000 euros en juillet. Une vingtaine d’hôteliers est à ses côtés, comme Francoise Lenoir de l’hôtel Régina:

"Ils se servent de nous. Nous sommes en France, nous avons tout à assumer, nous payons nos impôts en France, nous payons les taxes, les loyers, nous avons les investissements, les employés, et eux n'ont rien. Ils n'ont que leur commission de 17%, et en plus ils nous commissionnent aussi sur la TVA, ce qui est aussi inadmissible" - Francoise Lenoir, Hôtel Régina

 

Un bras de fer est également engagé contre Booking au sud de la Corse, rapporte Benoît Chaudron, administrateur de l’union des métiers de hôtellerie:

"On a coupé complètement toutes les chambres sur Booking, à la période qui leur rapporte le plus, du 2 au 23 août" - 

 

Tous demandent que Booking renonce ou diminue ses marges le temps pour eux de se refaire une santé financière… Requête pour l’instant sans réponse.