Des expériences pédagogiques faites dans la station spatiale et reproduites en classe

Le 22 avril prochain, Thomas Pesquet partira de nouveau dans l'Espace. L’astronaute français sera le commandant de bord de la prochaine mission Alpha, qui doit durer 6 mois. Un voyage pour préparer le prochain séjour sur Mars, mais aussi pour mener une centaine d'expériences. L’une d’elle va se faire en même temps sur Terre, avec des élèves : 2.000 écoles, collèges et lycées mèneront la même expérience que Thomas Pesquet dans l’ISS. Objectif : susciter des vocations chez les jeunes.

Un blob tel que celui qui sera emmené dans l'espace par Thomas Pesquet. (Christine Bouillot / Sud Radio)

Reportage de Christine Bouillot pour Sud Radio

 

Des expériences pédagogiques faites dans la station spatiale et reproduites dans les classes

Faire de la promotion des filières scientifiques via des missions spatiales, avec Thomas Pesquet comme ambassadeur, est l’un des objectifs du CNES. "Nous avions fait un peu la même chose pour la mission Proxima, rappelle Remi Canton, chef de projet de la mission Alpha, de proposer des expériences pédagogiques qui sont faites dans la station et qui sont reproduites dans les classes".

Dans les locaux du CNES. (Christine Bouillot / Sud Radio)

Dans l’ISS, Thomas Pesquet va emmener avec lui un "blob", un organisme unicellulaire étonnant. Et c’est Audrey Dussutour, directrice de recherche au CNRS, qui en parle le mieux : "Je suis la maman du blob ! assure-t-elle. C'est un organisme unicellulaire qui appartient au règne des amibozoaires, un règne très ancien qui partage des particularités avec le règne des champignons et des animaux, explique-t-elle. Il se reproduit comme un champignon, avec des spores, mais il mange comme un animal ! Il dévore sa nourriture".

 

"Les enfants vont pouvoir faire exactement le même type d'expériences"

Pendant cette mission, les élèves comme Thomas Pesquet vont donc observer la mêmes chose, le comportement du blob, mener les mêmes expériences sur terre et en apesanteur. "Les enfants vont pouvoir faire exactement le même type d'expériences", confirme Audrey Dussutour.

"Pour la première expérience, le blob est tout seul et doit explorer un environnement vierge à la recherche de nourriture, détaille-t-elle. Et dans la seconde, c'est un blob face à 4 flocons d'avoine : on sait que le blob est très fort pour optimiser ses trajets, on va regarder s'il est aussi fort dans l'ISS".

Le CNES ouvre le 19 mars les inscriptions pour les candidatures pour cette étude terrestre et spatiale du fameux blob.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !