Des débats lycéens sur l'environnement auront lieu le 15 mars dans les lycées

Les débats lycéens au sujet de l'environnement auront lieu dans tous les lycées de France vendredi 15 mars de 16 à 18 heures, c’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Éducation nationale. La date n’est pas choisie au hasard : les lycéens se mobilisent depuis plusieurs semaines les vendredis pour la lutte contre le réchauffement climatique. Le 15 mars, c’est même un appel à la grève au niveau mondial qui est lancé. Jean-Michel Blanquer veut ramener les élèves sur les bancs de l’école. Il propose aux lycéens de débattre, de mettre des propositions sur la table. Objectif : déboucher sur des moyens d’action à mettre en œuvre au quotidien dans les établissements. Une initiative qui fait plutôt l’unanimité auprès des premiers concernés, que Clément Bargain de Sud Radio a rencontrés à la sortie des cours.

Thumbnail

"On est la dernière génération qui peut faire quelque chose pour changer ça"

Pour Nilse, en terminale, donner la parole aux lycéens sur la question du climat est une avancée : "ça nous permet de nous exprimer, d'espérer être entendu et de ne pas se sentir exclus des débats comme ça, qui sont importants pour nous aussi".

La majorité des lycéens se sentent concernés par le changement climatique. Chloé et Tatiana manifestent les vendredis : "On est la dernière génération qui peut faire quelque chose pour changer ça, dans quelle Terre on veut vivre ?"

Les premières idées commencent déjà à émerger, les jeunes veulent du changement : "il faudrait dire aux grosses entreprises qui polluent beaucoup, juste pour le profit, de se calmer et de mettre des taxes ; demander aux industries de mettre moins d'emballages".

"Il faudrait surtout des actes et pas que des paroles"

Mais certains sont plus sceptiques. Pour Paul, 18 ans, ce n’est pas le débat orchestré par le gouvernement qui changera les choses : "la démocratie libérale, capitaliste, c'est l'apologie de l'individualisme. Est-ce que le fait de penser les choses pour soi et pas pour une communauté, ça marche avec l'écologie ?"

Pierre, en seconde, espère des mesures concrètes et veut qu’on parle davantage d’écologie à l’école : "ce n'est pas à 40 ans qu'on change sa façon de vivre. Il faut la changer dès le plus jeune âge, en sensibilisant les enfants dès la maternelle. Il faudrait surtout des actes et pas que des paroles".

Toutes ces idées devront être récoltées par les Conseils académiques. Une synthèse devrait être proposée au ministre de l’Éducation le 5 avril prochain. 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !