Décès de Théo Klein, ancien président du Crif et figure du judaïsme libéral

Théo Klein, ancien président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) et figure du judaïsme libéral en France, est décédé à l'âge de 99 ans, a annoncé mardi l'institution juive sur Twitter.

Jack GUEZ - AFP/Archives

Théo Klein, ancien président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) et figure du judaïsme libéral en France, est décédé à l'âge de 99 ans, a annoncé mardi l'institution juive sur Twitter.

Théo Klein avait présidé le Crif de 1983 à 1989 et fut à l'origine de son fameux dîner annuel, qui réunit notamment le Premier ministre ou le président.

Il avait aussi présidé le Congrès juif européen et l'UEJF, l'Union des Étudiants Juifs de France à la fin de la guerre.

Tout au long de sa vie, cet intellectuel aux positions contestataires s'était fait l'avocat des valeurs laïques et républicaines françaises.

Né le 25 juin 1920 à Paris, cet arrière-petit fils du grand rabbin de Colmar et fils d'un médecin a été pendant l'Occupation, dans les années 1942-1944, l'un des responsables de la Résistance juive en France.

Après Sciences-Po, il étudie le droit avant de devenir avocat à la cour d'appel de Paris en 1945 et au barreau israélien à partir de 1970. Il dirigera par la suite un des grands cabinets d'affaires parisien.

Bi-national israélien, Théo Klein avait détonné en prenant des positions critiques sur la politique extérieure d'Israël et sur ses soutiens inconditionnels, en particulier le philosophe Alain Finkielkraut.

Il avait ainsi en 2012, dénoncé l'engagement du président du Crif, Richard Prasquier, contre le journaliste de France 2 Charles Enderlin, pour son reportage, en 2000, sur la mort d'un enfant palestinien à Gaza, au début de la seconde Intifada.

Ce passionné de textes hébraïques ainsi que d'histoire et de géographie de la Terre sainte était père de quatre enfants.

AFP / Paris (AFP) / © 2020 AFP