single.php

Dans le Gard, un imam accusé d'"appels à la haine" menacé d'expulsion

Les prêches de l'imam tunisien de la mosquée de Bagnols-sur-Cèze, dont Gérald Darmanin a demandé l'expulsion, remettent "fondamentalement en cause les valeurs" de la République et constituent des "appels à la haine", a insisté mardi le préfet du Gard, l'intéressé évoquant lui un "lapsus".

Sebastien SALOM-GOMIS - AFP/Archives

Les prêches de l'imam tunisien de la mosquée de Bagnols-sur-Cèze, dont Gérald Darmanin a demandé l'expulsion, remettent "fondamentalement en cause les valeurs" de la République et constituent des "appels à la haine", a insisté mardi le préfet du Gard, l'intéressé évoquant lui un "lapsus".

"Aucun appel à la haine ne restera sans réponse", avait averti dimanche le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, un an et demi après la polémique entourant l'imam marocain Hassan Iquioussen, qui avait fui du nord de la France vers la Belgique après un arrêté d'expulsion, avant d'être finalement expulsé vers le Maroc.

Cette fois, c'est un imam exerçant dans le Gard, Mahjoub Mahjoubi, qui est visé, notamment après la diffusion d'une vidéo dans laquelle il qualifie le "drapeau tricolore" -sans préciser s'il parle du drapeau français- de "drapeau satanique" qui n'a "aucune valeur auprès d'Allah".

"Oui, évidemment, il y a appel à la haine", a déclaré mardi matin sur franceinfo le préfet du Gard, Jérôme Bonet.

Gérald Darmanin avait indiqué dimanche avoir demandé au préfet de signaler "les propos de l'imam au procureur de la République". Lundi, le parquet de Nîmes a ouvert une enquête préliminaire pour apologie du terrorisme.

Cet imam fait l'objet d'un suivi depuis plusieurs mois, a insisté le préfet, évoquant une "mosquée à la dérive": et "quand j'entends parler d'un +lapsus+ au sujet des drapeaux, c'est un lapsus qui dure plusieurs dizaines de minutes, (avec) des propos qui ne touchent pas qu'à la question du drapeau, qui tiennent également à la place de la femme, du peuple juif qu'il désigne comme un ennemi".

"Je ne parlais en aucun cas du drapeau français", s'est défendu Mahjoub Mahjoubi sur France Bleu Gard Lozère, expliquant qu'il dénonçait les rivalités entre supporters lors de la récente Coupe d'Afrique des Nations (CAN): "Je parle des stades et de tous ces drapeaux qu'on lève dans les stades et qui divisent les musulmans".

- "Une espèce de surréaction" -

"J'ai fait un lapsus, je ne suis pas Voltaire ni Victor Hugo. Dans mes propos, au lieu de dire +tous ces drapeaux multicolores ou de différentes couleurs+, et bien j'ai dit +tous ces drapeaux tricolores+, mais en aucun cas je ne parlais de la France", a ajouté M. Mahjoubi.

"Bien au contraire, je défends la République, la laïcité, bien entendu j'ai défendu Samuel Paty (NDLR: le professeur assassiné en 2020 par un jeune jihadiste), j'étais dans la marche pour Charlie Hebdo", a poursuivi l'imam.

"Il y a plusieurs dizaines de minutes de prêches qui ont été analysés et qui recèlent bien d'autres choses que ce pseudo lapsus", a répliqué sur franceinfo Jérôme Bonet.

Outre l'enquête du parquet, "il y a le volet du droit au séjour, qui fait l'objet comme l'a souhaité le ministre de l'Intérieur d'une instruction, pour voir les modalités selon lesquelles nous pourrons le cas échéant retirer le titre de séjour de cette personne", a aussi expliqué le préfet.

"C'est ce que permet la nouvelle loi immigration. Doit-on conserver sur notre territoire des gens qui tiennent des propos qui contestent à ce point nos valeurs ?", a-t-il conclu.

Pour Florence Bergeaud-Blackler, spécialiste des Frères musulmans, l'affirmation de l'imam de Bagnols-sur-Cèze selon laquelle il défendrait la République ,"c'est évidemment faux": "Par contre, en ce qui concerne le lapsus, je pense que c'est vrai", a réagi l'anthropologue sur RMC/BFM-TV.

"Ce qu'il dit là est banal. Dans les mosquées, c'est ce qu'on entend partout. En fait, c'est la pensée frériste, qui considère que la seule nation qui vaille, c'est la nation islamique", a expliqué l'auteure du livre "Le frérisme et ses réseaux".

Pour autant, face à cet imam, on assisterait à "une espèce de surréaction, qui n'est pas bonne, parce qu'on essaye de viser l'homme, alors que ce sont les idées" qu'il faut selon elle combattre, a ajouté la chercheuse au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), placée sous protection policière l'an dernier après avoir reçu des menaces de mort suite à la parution de son ouvrage.

Par Philippe SIUBERSKI / Montpellier (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
19H
18H
17H
15H
14H
13H
11H
10H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/