Créneaux de vaccination pour les enseignants : "une annonce très tardive"

Des créneaux de vaccination contre le COVID-19 seront attribués aux enseignants et aux policiers de plus de 55 ans dès ce week-end. Frédérique Rolet, secrétaire générale du SNES-FSU et professeure agrégée de lettres classiques, était l’invitée de Patrick Roger le 16 avril dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

Les collèges et lycées pourront-ils rouvrir à la date prévue, et les enseignants auront-ils été vaccinés contre le Covid-19 ? (Martin Bureau - AFP/Archives)

"Cela ne fait que donner une accélération"

Pouvoir se faire vacciner sans plus attendre, était-ce vraiment réclamé par les enseignants ? "L’annonce est très tardive. Ce que les enseignants réclamaient, c’était un calendrier global donnant un certain nombre de priorités, estime Frédérique Rolet, professeure agrégée de lettres classiques et secrétaire générale du SNES-FSU. Quid des moins de 55 ans atteints de comorbidités ? Cette annonce ne fait que donner une accélération, puisque toute la population de plus de 55 ans est désormais éligible à la vaccination."

Pourquoi ne pas être descendu plus bas en termes d’âge pour les enseignants ? "Nous avons des cas, y compris sur les personnels qui accompagnent les élèves en situation de handicap. Selon une étude du ministère, entre 10 e 20% d’entre eux auraient été contaminés. Ils sont très proches des élèves, quelquefois sans masque. Je regrette que l’on n’ait pas élargi le créneau", reconnaît-elle.

 

"La vaccination ne peut pas suffire"

Pense-t-elle que beaucoup d’enseignants vont aller se faire vacciner dès ce week-end ? Ou bien ressent-elle une certaine défiance à l’égard de certains vaccins ? "Cela rejoint ce que pense la majorité de la population, les craintes par rapport à quelques effets secondaires, estime la secrétaire générale du SNES-FSU. Mais il y a de fait une demande de vaccination pour être protégé."

Croit-elle au retour à l'enseignement en présentiel début mai ? "Je l’espère en tout cas, avoue Frédérique Rolet. On sait tous que l’enseignement à distance pose beaucoup de problèmes et laisse des élèves sur le bord du chemin. La vaccination ne peut pas suffire, il faut vraiment une stratégie globale. Si l’on veut vraiment ouvrir le 3 mai et rester ouvert jusqu’à la fin de l’année scolaire, cela suppose d’autres dispositions, des aérateurs, des jauges, des demi-groupes en collège et lycée et une politique de tests. Nous allons poser ces questions avant la rentrée pour que tout puisse être prêt."

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !